Rivemorte, Chap.31

Publié le par Blanche

ruelle-medievale.jpg

 

La grosse voix bourrue est amplifiée par l'étroitesse de la ruelle, et semble appartenir à un ogre furieux. Pèire. Le bruit de ses pas s'approche, jusqu'à ce qu'Elland le sente dans son dos. D'un geste vif, il s'essuie les joues avec ses manches, et s'écarte légèrement de sa complice. Echidna toise le colosse, les iris rougeoyants. Une longue conversation s'ensuit, silencieuse, entre la gargouille et le tavernier. Pendant ce temps, Ménandre aide le convalescent à se relever et à s'adosser contre un mur. Ils observent la discussion muette, s'aidant de leurs expressions faciales pour en deviner le contenu, sans grand succès. Finalement, Pèire se tourne vers le voleur, et, penaud, marmonne :

- Elle a raison, Elland. Je dois te présenter mes excuses.
- Tes excuses ?
- Il y a certaines blessures contre lesquelles elle ne peut rien faire, mais … pour ton bras, j'aurais dû te mener à elle plus rapidement. Elle l'aurait cicatrisée bien plus efficacement que les onguents, et en t'évitant des douleurs inutiles... Je suis désolé, Elland, je … je …. je n'y ai pas pensé.

Pèire a l'air complètement anéanti. Depuis son arrivée à la taverne, Elland sent bien que quelque chose ne va pas, et que c'est directement lié à lui, mais il n'ose pas aborder le sujet. Pour l'heure, tout ce qu'il peut faire, c'est lui assurer qu'il ne lui en veut pas, et lui rappeler que lui aussi aurait dû se souvenir qu'Echidna pouvait, grâce à sa salive, cicatriser les plaies. D'un puissant mouvement d'ailes, la gargouille s'élève dans les airs, non sans avoir lancé un regard rempli d'affection au voleur.

Pèire reste les bras ballants, visiblement abattu. Ménandre et Elland se regardent, perplexes, avant que le gamin ne demande l'aide au colosse pour ramener le blessé au chaud. Alors seulement, le tavernier semble sortir de ses pensées moroses, et s'empresse de l'aider. Mais à nouveau, à peine Elland installé dans son lit, il déguerpit comme s'il avait le diable aux trousses. Ménandre, tout autant observateur que le convalescent, ne peut pas lui expliquer cette attitude. Bien qu'épuisé par tous ces efforts, Elland aimerait pourtant creuser la question avec le gamin. Mais sans même s'en rendre compte, il s'endort.

Dès le lendemain, Théoliste constate une nette amélioration de la plaie, et c'est avec un regard suspicieux qu'il scrute son patient. Un peu gêné, Elland feint l'ignorance pour ne pas avoir à expliquer ce qu'il s'est passé, mais c'est sans compter sur l'obstination d'un homme de science qui fait face à un phénomène inexpliqué.


- Ce petit air innocent ne prend pas avec moi, jeune homme. Explique-moi ce qu'il s'est passé.
- L'essentiel, c'est que ça guérisse, non ?
- Non. Enfin oui. Mais je veux savoir comment c'est arrivé.
- Faut croire que vos onguents fonctionnent bien.

Le regard assassin que lui lance le presque-médecin lui fait comprendre que non, il n'est pas dupe un instant de cette explication. Mais le jeune voleur ne se sent pas autorisé à trahir le secret de la nature des gargouille, pas plus que leur pouvoir de guérison. Voyant que son patient prend une moue butée, Théoliste secoue doucement la tête en marmonnant ''Dommage, on aurait pu en sauver, des vies...''. Elland trésaille mais ne tombe pas dans le piège. Il ne doit rien dire tant qu'il n'en a pas discuté avec Pèire.

Il lui faut encore deux jours de repos avant qu'un Théoliste boudeur ne l'autorise à rendre visite au cordonnier. Alors, aidé par son fidèle garde-malade, Elland s'aventure dans les ruelles de Rivemorte. Elles n'ont pas changé, bien sûr, mais il s'est passé tellement de choses depuis qu'il les a empruntées qu'il a l'impression de redécouvrir sa ville.
Un soleil radieux réchauffe agréablement l'air en ce milieu d'après-midi, et nombreux sont les artisans qui se sont installés dehors pour travailler. Les badauds se pressent dans les ruelles étroites, au milieu d'enfants qui jouent à se pourchasser. Un rapide coup d'œil à Ménandre conforte Elland dans son idée : jamais le gamin n'a jamais connu de tels jeux et il les regarde avec une expression à la fois envieuse et hautaine. Sa main, posée sur l'épaule de son garde-malade, la serre un peu plus fort, comme un soutien muet.

Quelques modèles de chaussures sont exposées sur un petit étal, devant la boutique de Thémus, mais c'est à l'intérieur qu'il travaille. Il s'interrompt immédiatement en voyant l'étrange couple rentrer et les invite à s'installer dans l'arrière-salle. Exténué par le trajet, pâle comme un mort, Elland se laisse lourdement tomber sur la chaise. Les lèvres pincées, Thémus le contemple un instant, et le voleur sent la colère le gagner. Malgré tout ce qu'ils ont fait pour lui, cette pitié omniprésente commence à l'agacer prodigieusement. Le cordonnier semble s'en apercevoir, car il se lève pour apporter sur la table ses fameuses bouteilles d'hydromel et des gobelets. Les yeux du gamin se sont fait brillants, mais Thémus lui verse du cidre dans son verre. Et sa grimace de déception fait s'envoler toute colère chez Elland. C'est avec une voix fatiguée qu'il dit :


- Pèire m'a expliqué que c'était grâce à toi que j'étais sorti.

Les émeraudes de l'intéressé s'éclairent de frustration, mais il répond tout de même, après l'avoir longuement dévisagé :

- J'ai juste eu vent d'un homme qui aurait entendu un autre homme se vanter de ses prouesses en taverne. Alors un de mes amis lui a rendu visite, et l'homme est allé se dénoncer.

Elland prend une longue gorgée du breuvage et en profite pour réfléchir à ces paroles : Thémus a sans aucun doute largement édulcoré son récit car jamais un homme sain d'esprit ne se rend de son plein gré, à Rivemorte, surtout connaissant la réputations des bourreaux. Mais Elland est convaincu que jamais le receleur n'enverrait à une mort certaine un innocent. Avant de le convaincre de se dénoncer, il a dû s'assurer de sa culpabilité.

- Comment tu as su que j'étais là-bas ?
- Les rumeurs vont vite, tu sais, surtout quand on sait les écouter. Et c'est aussi comme ça que je suis rentré en contact avec le nouveau tavernier de l'Hermine Affamée. Il se murmurait que quelqu'un cherchait à t'aider alors je suis allé goûter les nouveaux plats.

A cette évocation, Ménandre plonge le nez dans son gobelet et semble vouloir disparaitre de la surface de la terre. Un sourire amusé se dessine sous les imposantes moustaches du cordonnier, qui explique :

- Pèire m'a emmené dans sa réserve, et nous avons mis en commun les informations que nous avions. Nous pensions être à l'abri des oreilles indiscrètes mais …. mais le gringalet que tu vois, là, s'est vautré au milieu de la réserve dans un fracas infernal. Ce petit malin s'était caché sur une étagère, derrière un tonneau. Je ne sais pas comment il s'est débrouillé, mais tout s'est effondré. Après, bien sûr, il a essayé de se justifier, puis de me convaincre de t'aider.

Ménandre s'agite sur sa chaise, visiblement mal à l'aise. Elland, pris de pitié, relance Thémus qui semble bien bavard pour une fois :

- Et comment tu as su quand je sortais ?
- J'ai quelques contacts ici et là.

Les yeux rivés dans ceux du cordonnier, Elland cherche à deviner la signification exacte de ses paroles, mais ils restent indéchiffrables. Pour se donner contenance, le voleur reprend une gorgée d'hydromel : cet homme possède énormément de ressources pour n'être qu'un simple receleur. Il hésite quelques minutes avant de lui poser franchement la question, mais le tintement de la clochette retentit dans l'arrière-boutique. Quelqu'un vient d'entrer.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Awira 17/02/2011 13:08



Ca y est, j'ai rattrapé mon retard !


Le récit devient de plus en plus intéressant, et il y a des questions auxquelles on aimerait bien des réponses: que cache Thémus ? Est-il vrai un simple cordonnier ? De quoi Péire se sont-il
coupable ? Qu'est-ce qu'Echidna et lui se sont dit ? Qu'a fait Echidna pendant qu'Elland se reposait ? D'ailleurs, on dirait qu'il s'est plutôt vite remis...


Miam miam, un régal !


 


Au fait, je me suis désormais inscrite à la newsletter, comme ça je ne serai plus en retard pour lire la suite, héhé



Blanche 17/02/2011 13:19



Tant de questions, si peu de réponses ... niark niark niark !


Pour ce qui est de sa rémissions, disons que je n'ai pas voulu non plus trop insister, ça devient vite lassant ;)


Et la suite est pour bientôt, elle est déjà écrite :D