Louis le Galoup, T.5 : le coeur de Tolosa, Jean-Luc Marcastel

Publié le par Blanche

Louis-le-galoup-T.5.jpg

 

 

Résumé :

 

L'ombre recouvre Tolosa... Derrière les murs de la ville rousse, le noir Vicomte, s'apprête à épouser Darne Stéphanie pour s'approprier ses pouvoirs, et noyer Occitània dans ses ténèbres... À jamais. Entre lui et ses sinistres desseins ne se dresse plus qu'une ombre hirsute et sauvage, lancée à la rescousse d'une petite sorcière rouquine. Mais sous les cendres de la résignation, les braises de la liberté couvent encore... Il est l'heure, une fois de plus, de se rassembler au creux enfumé de l'âtre, pour une dernière veillée. Ce soir, je vous révélerai le secret redoutable du coeur de Tolosa... et le choix de Louis, entre ombre et lumière, pelage blanc ou pelage noir.

 

Mon avis :

 

Il n'aura pas fallu bien longtemps avant que je cède et que je dévore l'ultime tome de cette saga. J'aurais pris le temps, mais tout a une fin... :(

Et puis, bon, on avait laissé nos héros dans une telle situation à la fin du tome 4 qu'il était difficile de résister plus longtemps.

 

Ce tome termine dans une apothéose les aventures de Louis. Cette chronique va être courte, je le crains, car je m'en voudrais de vous priver de la surprise des rebondissements.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir cette magnifique série, menée par une plume de maître qui fait revivre les contes d'antan. On a l'impression que le conteur est là, tout proche, et que sa voix caverneuse recouvre le crépitement des flammes de la cheminée pour nous dresser cette fresque.

Certes, certains rebondissements, certaines déclarations ne sont pas vraiment une surprise (tandis que d'autres m'ont laissé bouche bée), mais on se laisse bercer par cette voix, et on admire. Car tout ce tome est consacré à la lutte contre le Vicomte, et il fallait bien ça.

Et les scènes de combat, narrées par ce conteur, on les entend, on entend le fracas des armes, les plaintes des blessés, et on sent l'odeur du sang, du mal. C'est vraiment très prenant, très immersif, et j'ai eu le plus grand mal à lâcher le roman avant la fin.

 

Et quelle fin ! Je l'ai trouvée parfaitement juste : certaines intrigues se terminent bien, d'autre moins bien, les personnages sont confrontés à des choix qu'ils doivent assumer ensuite. Rien n'est tout blanc ou tout noir, et c'est un vrai soulagement. Cette série est  certes destinée aux jeunes, mais des adultes peuvent parfaitement la lire sans avoir l'impression que c'est trop simple ou trop manichéen.

 

La page se tourne sur les aventures de Louis, mais pour ma part, la page est loin de se tourner avec Jean-Luc Marcastel. Il fait partie de ces auteurs dont je vais suivre attentivement les actualités, et dont je vais découvrir chaque roman avec le plus grand plaisir.

Et j'aimerais tant, à travers ces billets, que vous franchissiez le pas et que vous découvriez ne serait-ce que le premier tome de Louis le Galoup.


 

Commenter cet article