La ruse du serpent, Peter Tremayne

Publié le par Blanche

La-ruse-du-serpent.jpg

 

 

 

Résumé :

 

Au VIIe siècle, la paisible routine d’un petit monastère irlandais est soudain bouleversée par la découverte du corps d’une jeune fille décapitée au fond d'un puits. Sœur Fidelma de Kildare, représentante éminente de l’Église celtique et de la justice irlandaise dont l’efficacité est réputée dans tout le royaume, est immédiatement appelée à la rescousse. Mais alors que son embarcation fait voile vers le lieu du crime, elle croise la route d’un étrange navire, abandonné par ses occupants. Lorsqu’elle découvre que son ami, le moine saxon Eadulf, se trouvait parmi les passagers, son sang ne fait qu’un tour ! Y aurait-il un lien entre le meurtre du monastère et le mystère du bateau fantôme ? Qu’est devenu frère Eadulf ?

 

challenge polar historiques

 

Mon avis :

 

L'absence de Frère Edulf, dans le tome précédent, m'a donné envie d'attaquer le tome suivant, pour retrouver enfin le duo de choc.

Il est des livres qui, au bout de cinquante pages, nous donnent l'absolue certitude qu'on ne pourra plus les lâcher avant la fin, et ce tome-là en fait partie.

 

Peter Tremayne a su donner vie à ses personnages, il a su les rendre attachants. Alors la disparition d'Eadulf, l'inquiétude et la peine de Fidelma font qu'on ne peut pas laisser ce mystère en suspens, et qu'on doit absolument savoir ce qu'il se passe.

 

Sauf que le monastère où est envoyée Fidelma va lui donner bien du fil à retordre. Entre les rivalités, la haine farouche qui pulse entre les murs, l'hostilité affichée qu'on lui montre, rien n'est simple.

Et je crois bien que ce tome est mon préféré. Parce que Fidelma montre les crocs, se heurte au mépris, à l'arrogance, à la haine. Les joutes verbales et autres démonstration de force sont quasiment le seul moyen de communiquer dans ce monastère, et c'est très agréable. Parce que Fidelma, seule, déterminée à découvrir la vérité sur ce meurtre, ne se laisse pas abattre par l'accueil qu'on lui réserve. Et elle lutte, âprement, pour faire la lumière sur les évènements.

 

Ce que j'apprécie également dans ces romans, c'est la profusion d'indices, de témoignages qui se contredisent, d'allégations mensongères qui brouillent les pistes. Rien n'est simple et démêler le vrai du faux pour enfin trouver le coupable est une vraie gageure.

 

Les retrouvailles entre Eadulf et Fidelma (je ne dois pas spoiler beaucoup en faisant cette révélation) sont tout simplement savoureuses. Et ça me donne encore plus envie de lire la suite pour les voir enfin réunis et travailler de concert sur une enquête. Un cercle vicieux...

 

La plongée dans l'époque est très naturelle, même si l'auteur nous fait toujours des petits rappels pour expliquer l'origine de tel mot. Ce n'est pas spécialement dérangeant dans la lecture, tant le reste est prenant, mais ça casse un peu l'aspect naturel.

 

Ce roman, quatrième tome des aventures de Fidelma, est sans doute l'un de mes préférés, et me donne vraiment envie de découvrir la suite. Un vrai régal !

 

Coup de coeur

Commenter cet article