La mort aux trois visages, Peter Tremayne

Publié le par Blanche

La-mort-aux-trois-visages.jpg

 

 

 

 

Résumé :

 

En 666, les terres les plus reculées d'Irlande résistent farouchement aux campagnes de christianisation lancées à travers tout le royaume. Soeur Fidelma est envoyée vers une de ces régions réfractaires dans l'espoir que sa sagesse et son autorité permettront d'y faire construire une école et une église. Mais tout le monde ne voit pas cette arrivée d'un bon oeil... À l'approche de la vallée, Fidelma et son dévoué compagnon Eadulf reçoivent un accueil sinistre : les cadavres de trente-trois hommes gisent sur leur chemin, disposés en une mise en scène qui rappelle à Fidelma un rite païen qu'elle croyait disparu de longue date. La mission s'annonce plus dangereuse que prévue, mais l'intrépide religieuse n'est pas du genre à reculer...

 

Mon avis :

 

Grâce au Challenge Polar Historique, organisé par Samlor, j'ai pu découvrir la série de Soeur Fidelma. Une découverte très intéressante, qui m'a permis d'apprendre énormément de choses sur l'Irlande, les moeurs et les coutumes d'une époque lointaine. J'avais aimé le ton de la série, la plume fluide, la manière de réfléchir de Fidelma et son humour.

 

La Mort aux Trois Visages est le sixième tome de la série. Et bien que j'ai espacé les lectures, pour ne pas m'en lasser, je dois avouer que je commence à être agacée par Fidelma.

Je le soulignais déjà dans le tome précédent "Le secret de Moen", mais j'ai trouvé que dans cet opus, c'était encore plus flagrant. Soeur Fidelma est bien trop gâtée par l'auteur à mon goût.

C'est une religieuse, parfaitement calée au niveau des dogmes et des différents courants du christianisme. Pourquoi pas. Elle est également une sorte d'avocate, le plus haut rang qu'il existe dans ce domaine, apte à s'asseoir à la table du Roi des Rois. Bon. Et puis, son frère la fait membre de sa garde d'élite, car elle monte parfaitement à cheval et sait très très bien se battre. Elle sait tout fait, c'est génial.

Et dans ce tome, Eadulf fait figure de boulet qu'elle se traîne : lors d'un banquet, il boit plus que de raison, et pendant près de la moitié du roman, il se traine lamentablement, malade, inutile, et agaçant.

Et je suis très déçue par ce développement de leur relation. Ils forment toujours un duo, mais Fidelma écrase complètement Eadulf, qui fait presque figurant et ne sert qu'à mettre en valeur l'héroïne.

 

Et franchement, l'intrigue de ce roman ne m'a pas convaincue. J'ai trouvé que certains éléments tombaient comme un cheveu sur la soupe, grande révélation qui m'a laissé de marbre parce que ça semble juste impossible. Et la fin m'a paru complètement bâclée, par rapport au début qui prenait son temps. Tout se passe très très vite, trop vite, et on a l'impression que l'explication des évènements tient du coup de chance plutôt que de la réflexion.

 

En bref, ce fut pour moi un tome très très décevant, tant au niveau des personnages qu'au niveau de l'intrigue. Il me reste un tome à lire, et je le ferai, bien sûr, mais sans le plaisir que j'avais lors des premiers tomes.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article