Une nuit étoilée

Publié le par Blanche

http://images.vefblog.net/vefblog.net/d/o/doucepsykoz/photos_art/2009/07/doucepsykoz124666517651_art.jpg

 

 

 

Le miroir renvoie mon image, imperturbable. Corset pourpre lacé, jupe longue noire qui laisse deviner mes bottes : un trait d'eye-liner, mascara, rouge à lèvres noir et je suis prête. Démoniaque, mon furet, s'installe en boule au fond de ma besace. J'enfile ma redingote pour supporter le froid automnal, et je quitte ma chambre. Affalés sur le canapé, mes parents semblent captivés par une de ces émissions débiles qui inondent le petit écran, et me jettent à peine un regard.

Me voici dans la rue. Ils ne comprennent pas. Ce n'est pas un acte de rébellion, ni un effet de mode stupide. J'aime l'élégance de la dentelle noire et de la soie pourpre, j'aime les longues robes qui préservent ma pudeur contrairement à ces gamines dont on voit tout de leur corps. Je me reconnais dans le romantisme gothique, je m'y sens bien, c'est moi. Et même si les regards réprobateurs des mémés dans le bus me font sourire, je ne m'habille pas comme ça pour choquer.

Ils ne comprennent pas que je refuse de me plier à ces normes stupides. Je ne reconnais pas ces stars anorexiques et retouchées au bistouri comme mes modèles. Je ne reconnais pas le fameux métro-boulot-dodo comme un moyen d'épanouissement personnel. Je refuse les vacances à se faire griller comme dans une rôtissoire, tous alignés quasiment nus sur une plage. Pourquoi ne comprennent-ils pas que je trouve ça absurde ?

Démoniaque s'agite dans ma besace, je l'attrape et l'installe sur mon épaule. Ses petits yeux vifs scrutent le village que le soleil a fuit. Je m'en éloigne et emprunte le petit chemin de terre qui conduit dans les champs. La nuit est maitresse des lieux, arrangeant les paysages familiers à sa guise, déposant ça et là ses ombres majestueuses. Les nuages ont déserté, eux aussi, et ce sont des milliers d'étoiles qui parsèment le ciel étoilé.

Je lève les yeux et plonge mon regard dans l'immensité spatiale. Les étoiles... Pourquoi a-t-il fallu que les hommes découvrent que ce ne sont que des boules gazeuses qui gravitent dans l'espace ? Autrefois l'humanité voyaient en elles des hommes, des animaux, des histoires. Et chacun pouvait y voir ce qu'il voulait. Tant de légendes animaient les peuples ! Le soleil, dévoré par le Puma, représentant la lutte terrible entre le Ciel et la Terre : c'était ainsi que les Incas expliquaient les éclipses solaires. Et maintenant ? Rationalisée, l'éclipse n'est plus qu'un astre qui en cache un autre. Où est la magie ? Où est l'imagination ?

Je m'affranchis de ce savoir qui bride mon imagination. Les étoiles sont des âmes et elles ne se permettent pas de me juger, elles. Elles sont là, tout simplement, et observent sans un mot cette terre que nous maltraitons chaque jour un peu plus. Je me sens entourée de leurs lueurs bienveillantes. Je ne suis qu'une infime partie de ce Tout, et j'admire le spectacle en toute humilité.

Démoniaque s'agite sur mon épaule, il a repéré bien avant moi la cabane de pierres perdue au milieu des champs. La nuit me porte, me soutient, m'encourage à avancer, comme si elle m'enveloppait d'une douce et chaleureuse couverture. Pourquoi me voudrait-elle du mal alors que je la respecte ? Pourquoi déchainerait-elle les monstres tapis dans les ombres alors que je suis si vulnérable ? Je devine son sourire attendri alors qu'une silhouette, tout proche de la cabane, se découpe dans l'obscurité.

Malgré moi, mes pas s'accélèrent, et mon coeur suit le même mouvement. Je me jette dans les bras de l'homme qui m'attend, et nos lèvres se rejoignent comme une évidence. La soie frôle le jean's, les bottes prennent place entre les baskets, et mes doigts si blancs effleurent sa joue si mate. Enveloppés dans l'écrin étoilé de la nuit, loin de la bienséance, nos corps de parias entament cette ode à la vie, comme un hommage à la beauté de ce qui nous entoure.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nathaniel 31/10/2010 02:09



Très joli, bien rythmé, pas de répétitions entre les paragraphes et pourtant, la liaison est très bien faite, une bonne description mentale du personnage (peut-être manque-t-il un peu plus de
description physique ?), de belles descriptions et images du monde qui l'entoure.


Bref pas grand chose à redire à ce texte, j'ai vraiment apprécié sa lecture :)


 


Nathaniel



Blanche 31/10/2010 19:18



Merci beaucoup m'sieur. Heureuse que ce texte te plaise ;)