Un employé modèle, Paul Cleave

Publié le par Blanche

Un-employe-modele.gif

 

Résumé :

 

Christchurch, Nouvelle-Zélande.
Célibataire, aux petits soins pour sa mère, Joe Middleton travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d'être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer accusé d'avoir tué sept femmes dans des conditions atroces. Pourtant, même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu'une de ces femmes n'a pas été tuée par le Boucher de Christchurch.
Il en est même certain, pour la simple raison qu'il est le Boucher de Christchurch. Contrarié, Joe décide de démasquer le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la responsabilité des autres meurtres… Variation sublime sur le thème du tueur en série, ce roman d'une originalité confondante, au-delà des clichés du genre, révèle un nouvel auteur, dont on n'a pas fini d'entendre parler.

 

J'ai aimé

 

Mon avis :

 

Ce livre m'a été chaudement recommandé par une amie, et je suis très contente d'avoir cédé à la tentation.

C'est un livre qui prend à revers les schémas principaux des romans policiers : ici, on connaît le tueur dès le début. On est immédiatement plongé dans son quotidien par l'emploi du « je » qui le rend également très attachant, malgré son comportement. Car il tue, il aime ça, et il ne le regrette pas. C'est d'ailleurs assez flippant de voir qu'il regrette bien plus la mort d'un innocent petit chat qu'il a utilisé comme appât pour faire sortir une femme de sa salle de bain, que la mort de cette femme en question.

 

Son temps est partagé entre son travail au commissariat, où il se fait passer pour un simple d'esprit, et les appels incessants de sa mère. Une mère complètement barrée, qu'il supporte difficilement mais qu'il aime pourtant énormément (même s'il essaie une ou deux fois de la tuer).

 

L'écriture est fluide, on s'immerge très rapidement dans ce quotidien pas banal. L'humour est omni-présent, noir évidemment.

 

Et puis, il y a ce meurtre. Un meurtre qu'on lui met sur le dos alors qu'il n'a pas tué cette fille. Il le saurait, non ? Commence alors la varitable enquête, celle pour retrouver son copieur.

Les pages défilent, et je me suis attachée à ce personnage qui n'a pourtant, à la base, rien d'attachant. L'étau se resserre autour du coupable, mais vers la moitié du roman, il se resserre également autour de Joe. Et moi, j'ai eu envie qu'il s'en sorte. Malgré tout ce qu'il avait fait.

 

Le rythme est haletant, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Même si, au fil des pages, on pressent ce qu'il va se passer, on se laisse porter jusqu'au bout.

 

C'est une très belle découverte, un roman très agréable à lire.

Commenter cet article