Sans feu ni lieu, Fred Vargas

Publié le par Blanche

Sans-feu-ni-lieu.jpg

 

 

 

 

Résumé :

 

- C'est un crétin ou quoi, ce type ? Louis Kehlweiler s'énerve.
Cette histoire ne tient pas debout ! Il ne fait de doute pour personne que Clément Vauquer est bel et bien coupable des deux meurtres dont on l'accuse. En outre, la police possède son signalement, il ne restera pas longtemps en cavale. Oui, mais Clément, l'accordéoniste demeuré, est un protégé de la vieille Marthe... Cela suffit pour que Kehlweiler demande à Marc, Lucien et Mathias de cacher le fugitif quelques jours.
Personne n'ira le chercher dans la baraque pourrie qu'ils habitent, au fin fond du 18e arrondissement. Le temps d'aller à Nevers, là où tout a commencé...

 

Mon avis :

 

Ai-je déjà évoqué mon admiration, mon idolâtrie face aux romans de Fred Vargas ? Comment ça, je commence à radoter ?

 

J'ai déniché ce roman d'occasion, pensant avoir fait presque le tour de la bibliographie de Fred Vargas. Et comme ça faisait presque six mois que je n'avais pas lu un de ses livres, je n'ai pas résisté bien longtemps à la tentation.

 

On retrouve, dans ce roman, nos trois historiens de Debout les morts. Qui se retrouvent, bien malgré eux, avec un homme, recherché pour deux meurtres, à protéger.

J'ai retrouvé tout ce qui m'a tant plu dans les précédents romans de Fred Vargas : son don pour les dialogues percutants, déjantés et absurdes, son don pour créer des personnages improbables mais terriblement réalistes et touchants. Sa capacité à créer une atmosphère surréaliste, une douce folie qui semble couler de source et être parfaitement naturelle.

 

Parce que, mine de rien, elle nous propose là le personnage de Clément, laid et stupide, qui se donne de grands airs en plaçant dans ses phrases des mots qu'il ne maîtrise pas et qui tombent à côté. La vieille Marthe, a sa manière obtuse de mère poule, le défend bec et ongles, imposant à tous de le protéger. Ce qu'ils font par affection pour elle.

 

On a là tout une galerie de personnages marginaux, un peu loufoques, cabossés par la vie mais qui donnent tout leur sens à l'amitié, à la détermination et à la loyauté.

Encore une fois, l'enquête est loin d'être simple. S'il apparaît assez rapidement que Clément n'est pas coupable, bien malin est celui qui pourrait découvrir le véritable meurtrier. Comme d'habitude avec les romans de Fred Vargas, j'avais une bonne idée du coupable. Et je me suis plantée sur toute la ligne.

 

Ce roman est un coup de cœur, comme tous ceux de Fred Vargas quasiment. Je pourrais faire des comparatifs entre ses romans, dire que c'est moins bon qu'un tel, mais non. Elle m'embarque à chaque fois dans son univers et j'en ressors à chaque fois charmée.

 

Coup de coeur

Commenter cet article

livr0ns-n0us 07/10/2012 13:45


100 % d'accord avec tout ce que tu dis là ! Je suis une grande fan de Vargas également, et je m'éclate lorsque je lis ses bouquins même lorsque l'enquête passe au second plan car ses personnages
sont tous magiques et touchants...

Blanche 08/10/2012 12:50



Ses personnages sont clairement attachants et complètement déjantés, c'est ce qui fait sa force !