Rivemorte, Chap.91

Publié le par Blanche

018a831e

 

Puis, muni de son précieux fardeau, Elland s'avance dans les rues de Rivemorte. Les gens ne lui prêtent pas réellement attention : un père emmenant son enfant malade chez le médecin, c'est relativement courant. Le voleur n'a aucun moyen de contacter Théoliste, ni même de le trouver : il ne sait pas quel patient il visite. Aussi, au lieu de retourner à la taverne, il décide d'aller chez Anthelme. Osvan le connaît, et ne sera donc pas inquiet à son réveil. Et puisque Théoliste tient à cet homme, il est digne de confiance.

La distance lui paraît terriblement longue. Le souffle du gamin s'est encore accéléré, et il gémit désormais en continu. Elland hâte le pas, essayant tout de même de le ménager le plus possible. Enfin, il arrive chez Anthelme, et frappe à la porte tant bien que mal. L'ami de Théoliste n'a pas besoin de long discours pour comprendre la situation. A peine a-t-il reconnu Elland et jeté un coup d'œil au gamin qu'il l'invite à rentrer. Rapidement, il dégage la table des papiers et encres qui l'encombraient et lui demande d'allonger Osvan dessus.

Puis tout naturellement, Elland est embauché comme assistant : faire chauffer de l'eau, préparer des bandes de tissu propre, sortir les onguents et les herbes. Avec une douceur infinie, Anthelme nettoie d'abord le gamin, avant d'appliquer les soins, secondé par un Elland quelque peu malhabile. Mais si les plaies au visage et sur le corps sont relativement simples à soigner, reste les hématomes au niveau du ventre et de la poitrine, qui semblent inquiéter Anthelme. Il tourne autour de la table, se frottant pensivement le menton, plongé dans ses pensées. Elland, spectateur muet, sent avec effroi l'inquiétude, puis l'affolement transparaître dans ses gestes. Si Anthelme ne sait plus quoi faire, c'est que la situation est grave. Finalement, l'ami de Théoliste va préparer une infusion, qu'il laisse refroidir puis s'affaire à ranger les tissus poissés de sang, dans un silence religieux.

Laissant l'écrivain public s'affairer, Elland reporte son attention sur Osvan. Le gamin est d'une pâleur cadavérique et gémit toujours de douleur. Depuis qu'il est parti du repaire des gamins, Osvan erre dans un état de semi-conscience. Ceux qui l'ont attaqué se sont acharnés sur lui. Cette évidence fait bouillonner une colère sourde chez le voleur. Dès que le gamin ira mieux, il l'interrogera et s'occupera de ces fils de chiens qui ont osé faire ça.
Avec la tendresse d'une mère, Anthelme redresse légèrement le gamin pour lui faire boire sa décoction, puis il le porte jusqu'au lit. Enfin, lorsqu'Osvan est bien recouvert, il va chercher une bouteille de liqueur et se laisse lourdement tomber sur une chaise. Il leur sert deux généreux verres avant de murmurer :

- J'espère que ça suffira. Et que Théoliste sera bientôt là.
- Le gamin va s'en sortir ?
- Je n'en sais rien. Il est très affaibli. L'attaque ne date pas d'aujourd'hui. Si tu l'avais amené plus tôt, la situation serait moins grave.
- Je l'ai amené dès que je l'ai vu.
- Ce n'est pas un reproche, Elland. Je sais qu'ils ne nous font pas confiance si facilement. Mais il a dû penser que ça allait s'améliorer.
- Et il s'est trompé visiblement.
- Oui. Et les autres gamins, bien qu'ils veillent les uns sur les autres, n'ont pas de connaissances médicales suffisantes pour soigner d'aussi graves blessures. Et ils n'ont pas les moyens pour le faire, non plus.
- Tu n'as jamais pensé à former l'un d'entre eux pour palier aux petits accidents ?
- Si, bien sûr. Mais j'hésite. J'ai peur qu'ils essayent de s'en sortir par eux-même, et qu'ils passent à côté de quelque chose de grave. Et puis, bien qu'ils aient tous un rôle défini dans leur organisation, j'ai peur que ça crée des conflits.
- C'est peut-être un risque à prendre. Tu en as parlé avec eux ?
- Pas encore. Mais je le ferai.

La porte s'ouvre soudain, laissant apparaître la silhouette massive de Théoliste. Le soulagement d'Anthelme est clairement perceptible lorsqu'il se lève d'un bond. Le guérisseur comprend en quelques secondes la situation. Sans même déposer sa besace, il se penche sur le gamin et l'examine avec attention. Pis c'est un étrange ballet qui se forme sous le regard inquiet d'Elland : Théoliste, agissant avec rapidité et précision, et Anthelme, qui le seconde avec une efficacité imparable.

Le voleur les observe sans bouger, bien conscient que son aide ne ferait en réalité que les déranger. Ses pensées s'égarent, ivres de vengeance et de sang. Si Osvan reprend conscience. Car à voir la mine soucieuse de Théoliste, ce n'est pas certain.

Finalement, après s'être occupé du gamin pendant de longues minutes, Théoliste vient s'asseoir à la table. Il prend une longue gorgée avant de plonger son regard dans celui d'Elland et de lui annoncer :


- Tu l'as amené juste à temps.
- Il va s'en sortir ?
- J'espère. Je pense que oui. Il est jeune, il déborde de vitalité. Nous allons le garder quelques jours ici, le temps qu'il reprenne des forces.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article