Rivemorte, Chap.8

Publié le par Blanche

- C'est de l'arnaque !!

Bougonnant, Elland parcourt la longue pièce, lâchant généreusement une litanie de jurons. Il s'est donné tant de mal pour si peu !

Mais alors qu'il s'approche de l'extrémité du grenier, il repère un placard, encastré dans le mur. Echidna l'a suivi, et le regarde s'agenouiller devant une nouvelle serrure. Il avale sa salive, conscient que son honneur est en jeu et qu'il ne peut pas se permettre d'échouer encore une fois. Mais ce verrou-là n'est pas maléfique, et il ne lui faut qu'une poignée de secondes pour réussir à le déverouiller. Sans un grincement, la porte du placard s'ouvre et révèle ses richesses. Plusieurs boîtes à bijoux, de nombreux paquets de lettres soigneusement emballés, un peu d'argenterie, et tant d'autres trésors !
Sourcils froncés, il observe l'écusson qui orne l'une des boîtes à bijoux.


- Je connais ces armoiries, Echidna. Je les ai déjà vues quelque part. Mais pas ici. A Rivemorte. Sur un objet... l'ombrelle !! L'écusson qui ornait l'ombrelle portait exactement les mêmes armoiries !

Il se tourne vivement vers elle et poursuit sa réflexion à voix haute :

- Mais que faisait cette ombrelle si loin du manoir ? Ça fait au moins dix ans que les Clamadinis ont fuit la région ! Pourquoi apparait-elle maintenant ? Pourquoi à Rivemorte ? Crois-tu que c'est un signe du destin ?

Le regard que lui renvoie la gargouille est pour le moins dubitatif. Effectivement, si l'ombrelle était venue le chercher pour l'amener à ce trésor, elle ne l'aurait pas agressé comme elle l'a fait. Et puis, pourquoi s'intéressait-elle à lui ? Il secoue doucement la tête, et vide prestement le contenu des diverses boîtes, qu'il range dans ses poches. Il aura le temps de réfléchir à tout ça quand il sera en sécurité chez lui. Sans perdre une seconde de plus, il s'empare de tous les objets qu'il trouve. Il conserve également une petite boîte magnifiquement ouvragée, mais laisse les autres, trop volumineuses, dans le placard. Puis il en referme soigneusement la porte, espérant que personne n'aura l'idée de braver les ''esprits'' pour explorer les lieux, et s'emparer de ce qu'il reste du trésor.
Puis, chargé comme un animal de bât, il redescend rapidement dans le jardin, suivi de près par Echidna. En quelques battements d'ailes, ils s'éloignent déjà du lieu du crime pour rejoindre leur antre. Ce succès chasse définitivement l'humeur morose du voleur, qui ne cesse de remercier la gargouille durant tout le vol, visiblement indifférent aux facéties de son amie.

Enfin en sécurité dans sa chambre mansardée, il dépose son butin sur le lit. Echidna est repartie avec la bénédiction d'Elland. Cette fois encore, elle lui a rendu un sacré service. Il trie rapidement les bijoux, séparant ceux ornés de l'écusson et les autres, plus facilement revendables. Curieux, il examine chacun d'entre eux avec admiration. Comment se fait-il que les Clamadinis sont partis sans ces trésors ? Et pourquoi ne pas les avoir revendus quand ils avaient des problèmes d'argent ? L'or, l'argent, les diamants, et une multitude de pierres précieuses sont étalées devant lui. Certes, ils n'auraient peut-être pas pu régler tous leurs problèmes, mais la vente de ces babioles rapporterait une fortune ! Ses explorations s'interrompent soudainement lorsqu'il ouvre un petit pendentif en médaillon : à l'intérieur se trouve un portrait, minuscule, mais parfaitement conservé. Et la femme qui pose, il la connait, il en est certain. Du moins, ce visage lui dit quelque chose. Mais il a beau fouiller dans sa mémoire, il n'arrive pas à se souvenir de qui elle est.

Au loin, les cloches de la Grand Tour Célestis sonnent les quatre heures du matin, lui faisant soudainement prendre conscience de sa fatigue. Il soulève une latte du plancher, et y dépose son butin, au côté d'une bourse bien rebondie : il n'est pas dépensier, et ses rapines lui rapportent beaucoup d'argent. A vrai dire, il pourrait ne plus voler pendant des mois sans avoir à se serrer la ceinture. Mais voilà, sans maraude, il n'est rien. Sa récolte du soir bien planquée, il va se coucher. Il gardera les plus belles pièces pour lui, c'est décidé. Et avant qu'il ne puisse formuler une autre pensée cohérente, il s'écroule dans les bras de Morphée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article