Rivemorte, Chap.59

Publié le par Blanche

 

 

TN-20100919225550-cf22a603

 

 

C'est encore Thémus qui le tire en arrière, lui fait descendre les trois marches du perron et agite la main en direction des gardes dans un signe d'apaisement. Pendant ce temps, Elland écume rageusement son registre de jurons. Lorsqu'ils parviennent enfin dans un quartier plus familier, Elland explose, ivre de colère, furieux d'avoir été ainsi traité. Mais Pèire, calme, lui rappelle qu'ils sont encore à portée d'oreilles indiscrètes. Et qu'un séjour en geôles ne les aidera certainement pas à retrouver le gamin. Douché par l'évocation des cellules et de leur cuisant souvenir, Elland se calme aussitôt. Et les suit, sans broncher, jusqu'à l'atelier du cordonnier.

Thémus déverrouille la porte d'entrée, puis leur fait signe d'avancer. L'un après l'autre, ils se faufilent dans la boutique aux fragrances de cuir. Puis, avec un geste devenu habituel, ils prennent place autour de la petite table, dans l'arrière-salle. Thémus leur apporte le remontant, qu'ils sirotent en silence. Elland finit par murmurer :


- On n'y arrivera jamais.
- Mais si !

La voix de Pèire est vibrante de conviction, malgré la lueur dans son regard. Théoliste, dans un chuchotement de conspirateur, leur dit :

- Si on ne peut pas le voir chez lui, on peut le faire à l'extérieur. Il n'y aura personne pour nous claquer la porte au nez. Et il sera devant le fait accompli.

Un concert de hochement de tête lui répond. A la lueur de la chandelle allumée, dans cette petite pièce aux odeurs de cuir, ils semblent comploter. Et boire, car leurs verres sont déjà vides, et Thémus se fait un devoir de les remplir à nouveau. Mais Elland, réfléchissant longuement, finit par murmurer ses réticences :

- Mais ça prendra combien de temps ?
- Le temps qu'il faudra ! On ne se laissera pas avoir par ce bourgeois !
- Et pendant ce temps, Ménandre croupit dans on-ne-sait quel repaire lugubre. On n'a qu'à retourner chez Guevois et forcer sa porte. Il est à coup sûr responsable de l'enlèvement. Si ça se trouve, il le retient prisonnier dans sa cave pour le forcer à faire d'affreuses choses.
- Arrête Elland. Forcer sa porte, c'est beaucoup trop risqué. C'est une histoire à finir à Terregrise, ça. Tu sais aussi bien que moi que la garde veille tout particulièrement au confort des bourgeois de la ville. Et nos motivations, aussi légitimes qu'elles soient, ne pèseront pas bien lourd face à son énervement.

Thémus marque encore un point. Dans le quartier bourgeois, ils sont à peine tolérés. S'ils provoquent une esclandre, la garde va se jeter sur eux. Le silence pesant retombe sur la petite salle. Le remontant remplit à nouveau les verres. L'alcool leur brûle agréablement la gorge, les aidant à s'éclaircir les idées et à trouver les ressources pour ne pas se laisser abattre. Finalement, Elland murmure :

- Alors on peut tenter une infiltration discrète. On se glisse chez lui par les toits ou par l'arrière de la maison et on l'attend dans son salon. On peut aussi assommer ses domestiques pour être tranquilles.
- Et une fois que tu repars, il lance toutes les patrouilles de la ville sur toi, rétorque Pèire.
- Je serais masqué !
- Mais tu seras le suspect principal. Il ne doit pas y avoir énormément de personnes qui souhaitent à tout prix lui parler ces jours-ci, ajoute Thémus.
- Mais ce ne sont pas des preuves !

Elland s'emballe, persuadé d'avoir trouvé la solution pour résoudre cette affaire. Il hausse malgré lui la voix et fait de grands gestes. Un sourire vient même éclairer son visage. Sourire qui disparaît en entendant Thémus :

- Le Comain se chargera de te faire avouer.

Un long frisson parcourt l'échine du voleur à cette évocation. Prenant une longue gorgée de liqueur, il se passe une main sur le crâne, essayant de trouver une idée. Et c'est finalement Thémus qui la murmure :

- Un de mes associés est spécialisé dans ce genre d'exercice. Il sait être parfaitement discret et fait parler n'importe qui.
- Sans violence ?
- Sans trop de violence, disons.
- Mais il ne connaît rien à l'affaire !
- C'est vrai. Mais nous, pendant ce temps, on sera dans un endroit fréquenté et on se fera remarquer. Ils ne pourront pas nous accuser puisqu'on aura des témoins. Et on lui résumera la situation pour qu'il pose toutes les questions nécessaires.
- Et s'il se fait attraper ?
- Il sait être discret, je te l'ai dit Elland. Et s'il se fait avoir, je trouverai un moyen de le sortir des geôles. Mais c'est le moyen le plus efficace pour entrer en contact avec Guevois sans se faire arrêter.
- Contacte-le Thémus ! Maintenant ! On lui explique la situation et il y va !

Théoliste semble du même avis qu'Elland, et salue sa tirade en terminant cul-sec son verre. Pèire reste plus prudent, mais il acquiesce tout de même, conscient qu'ils n'ont pas énormément d'alternatives. Alors que Thémus allait répondre, sa femme surgit dans l'arrière-boutique, visiblement contrariée. Et le colosse semble rapetisser alors qu'elle expose ses griefs à vive voix, sans reprendre son souffle. Théoliste, Pèire et Elland, épargnés par le courroux divin, se relèvent discrètement. Thémus leur murmure qu'ils se retrouveront Au Chaudron Fondu à dix heures, juste avant qu'ils n'opèrent un repli stratégique.

Commenter cet article

Anémone 03/05/2011 17:17



Wow!


Je n'ai que ce mot qui me vient à l'esprit. La dernière fois que j'ai visité ce site pour la lecture de Rivemorte, j'en étais au chapitre 27. Et aujourd'hui, je découvre avec plaisir et stupeur
que le récit s'est poursuivit jusqu'au chapitre 59. Et cette histoire est simplement un pur délice pour l'imagination. 


Merci beaucoup du temps que tu mets à étoffer autant cette fiction et également à nous proposer tant de lecture. J'ai déjà eu un coup de coeur pour Poppy Z. Bright que ne ne connaissait que de
nom. 


J'ai hâte de lire la suite de Rivemorte et surtout, de découvrir ce qui s'est passé pour Ménandre. On s'inquiète vraiment facilement pour les personnage et surotut pour ce gamin à la langue bien
pendue! XP



Blanche 03/05/2011 20:19



Merci beaucoup !


Ca me fait vraiment plaisir de voir que cette histoire est lue... et qu'elle plaît !


 



Awira 03/05/2011 10:58



J'aime bien le fait qu'ils soient contraints de stopper leur "intrusion" à cause de la garde. Je vais lire la suite sur le forum, parce que tu sais tellement bien gérer le suspense qu'il faut que
je sache la suite maintenant !!!



Blanche 03/05/2011 20:18



Merci beaucoup ^^ Ne sois pas si impatiente, que diable !