Retour à Rédemption, Patrick Graham

Publié le par Blanche

Retour-a-Redemption.gif

 

 

Résumé :

 

Avocat d'affaires, Peter Shepard a tout pour être heureux : une grande maison sur les hauteurs de San Francisco, une femme amoureuse, deux petites filles irrésistibles.
Pourtant, certains jours, ses angoisses sont si fortes qu'il est obligé d'aller s'asseoir sur un banc dans un parc. Toujours le même banc, toujours les mêmes angoisses. Ce que Shepard redoute, c'est le Big One, ce tremblement de terre dont tout le monde sait qu'il finira par engloutir la Californie. Et le pire advient. Mais ce n'est pas la terre qui a tremblé, c'est le passé qui a ouvert une brèche sous ses pieds, le plongeant en enfer et le forçant à se souvenir que, vingt ans plus tôt, six enfants s'étaient fait une promesse dans les cachots d'un centre de redressement.
Un pacte qu'il a trahi. Il est temps pour lui de retourner à Rédemption.

 

J'ai aimé

 

Mon avis :

 

J'avais un peu peur de me retrouver avec une nouvelle version de Sleepers. Mais cette impression de déjà-vu ne se retrouve pas du tout dans le roman.

 

C'est un roman sombre, très sombre. L'auteur n'hésite pas à employer, parfois, des mots crus, des descriptions glauques. Les évènements ne sont pas spécialement marrants. Mais on accroche.

En fait, on accroche dès les premières lignes, tant la plume de l'auteur est immersive. On suit, le ventre noué, les aventures de Peter Shepard, cet homme a qui tout semble avoir réussi. On a mal quand il a mal, on pleure presque quand il pleure. Et on bouillonne de rage quand il est dans cet état.

Si l'intrigue qu'on pense être principale trouve vite sa conclusion, c'est loin d'être la conclusion même du roman. Et on se rend compte que cette réponse, même si elle est importante, ne répond justement pas à tout.

Nous sommes loin de Sleepers, justement, dans ce qu'il s'est passé là-bas, à Rédemption. Mais je dirai que c'est presque aussi sordide.

Le récit m'a happé, complètement, et il était tout simplement impensable de reposer ce bouquin sans l'avoir terminé. Tant pis pour le manque de sommeil, je devais savoir.

 

C'est un roman qui se dévore rapidement, terriblement addictif. Un excellent moment de lecture. Et qui fait drôlement réfléchir.

Commenter cet article

livr0ns-n0us 11/10/2011 14:28



Un roman oppressant et sombre à souhait, qui m'a complètement retournée... Vu que tu aimes les polars historiques, je te conseille les deux premiers titres de cet auteur : "L'Évangile selon
Satan" (qui a définitivement signé mon amour pour le genre ésotérico-historique) et "L'Apocalypse selon Marie" (un peu en dessous selon moi, mais très réussi tout de même !)



Blanche 11/10/2011 15:17



J'ai commencé à lire "L'évangile selon Satan", qui m'avait surtout plu pour le titre à vrai dire. Et bon, je l'avais trouvé trop oppressant, trop flippant.


Je m'y remettrais peut-être un jour, mais, pour l'heure, je pense qu'il restera sagement dans un coin de ma biblio.



Angie 18/06/2011 09:11



Je l'ai lu la semaine dernière et je l'ai trouvé franchement excellent. Dérangeant, sombre, prenant, j'ai eu un mal de chien à quitter ce livre. Un excellent moment de lecture !



Blanche 18/06/2011 21:28



J'avoue, c'est un vrai supplice de reposer le livre tant qu'il n'est pas terminé !


Merci de partager ton avis ;)