Nightrunner, T.3 : La Lune des Traîtres, Lynn Flewelling

Publié le par Blanche

La-Lune-des-traitres.jpg

 

 

Résumé :

 

Au terme d'une bataille cataclysmique, Alec et Seregil ont décidé de quitter leur terre d'adoption, désormais hantée par trop de souvenirs douloureux. Pourtant, un appel désespéré de la reine vient mettre un terme à leur exil. La nouvelle mission de nos deux maîtres de l'espionnage : Prendre part à une délégation diplomatique qui les entraînera dans le pays natal de Seregil. C'est dans ce royaume légendaire que ce dernier devra affronter les démons de son obscur passé, tandis qu'Alec se découvrira des origines insoupçonnées.

 

Mon avis :

 

J'ai résisté, longtemps, avant de me lancer dans la lecture de ce troisième tome : j'avais adoré les deux premiers, et j'avais lu des critiques élogieuses sur celui-là, disant que c'était de loin le meilleur. Mais j'ai fini par cédé, comme toujours, même si, au final, je suis un peu plus mitigée que pour les premiers tomes.

 

J'ai retrouvé avec énormément de plaisir nos deux héros : du temps s'est écoulé, depuis que nous les avons quitté à la fin du second tome, et nous les découvrons vivant paisiblement loin de tout. Leur relation a évoluée, fini les doutes et les hésitations. Ils sont heureux ensemble. Ces liens de couple ne sont pas spécialement mis en avant, l'auteur les traite avec beaucoup de pudeur. Et d'humour, car bon nombre de fois, leurs répliques m'ont arraché un sourire. Lorsqu'ils arrivent enfin à destination, et qu'ils peuvent partager une nuit, seuls, dans l'intimité, la fenêtre reste ouverte. Et la seule mention de leurs activités se résume à la gêne d'Alec, le lendemain matin, quand tous les yeux se tournent vers eux, amusés, car ayant tout entendu. Contrairement à beaucoup de romans où nous avons tous les détails de l'intimité d'un couple, c'est traité ici avec beaucoup plus de pudeur et c'est très bien fait.

Nous apprennons également à mieux connaître Klia, la princesse, et surtout Beka, que nous avons vu grandir au fil des tomes, et qui est devenue une guerrière redoutable. Elle a pris de l'ampleur, et si nous n'ignorons pas grand chose de ses origines, fatalement, c'est un vrai plaisir de la voir évoluer, s'affirmer, et se laisser séduire par un homme dont on ignore, jusqu'aux dernières pages, les réelles intentions.

 

Ce tome est surtout l'occasion de découvrir Aürenen, le pays natal de Seregil. On y découvre le sens de l'honneur qui règne là-bas, et le traitement implacable qu'ils font aux exilés. Difficile de rester indifférent à la détresse et à la douleur de Seregil, malgré le soutien d'Alec.

Nous apprennons donc à mieux connaître ce peuple présenté comme mythique au début du premier tome, et ça permet d'élargir encore, et de rendre plus complexe la politique de l'univers.

 

Car ce tome, et c'est à ce niveau que j'ai été un peu déçue, nous montre toutes les différences qui règnent entre les clans de ce peuple. Des clans nombreux, aux noms alambiqués, avec des termes très spéfiques qui ont fini par me perdre en cour de route, je l'avoue. Je n'étais peut-être pas extrêmement concentrée dans la lecture, mais un petit lexique en début de tome, pour les termes en italique, aurait été le bienvenu, histoire de se rappeler de quoi ça parle.

 

La guerre fait rage, et la situation est plus que délicate pour Skala. Mais le séjour en Aürenen semble être une bulle hors du temps et du monde, tant ils prennent leur temps à discuter de tout sauf de l'aide éventuelle qu'ils pourraient apporter. Pendant une bonne partie du roman, il ne se passe pas grand chose d'autre que les retours sur le passé de Seregil et la découverte des relations entre les clans, des alliances et luttes entre eux.

Le fait également qu'il y ait bon nombre de tractations cachées, de rencontres furtives et de traitres potentiels donne l'impression d'être tombé dans un nid de vipère, où les personnages principaux sont pieds et poings liés à cause de leur statut d'invité.

 

Je me suis certes laissée embarquer dans l'histoire, mais avec le sentiment, à la fin, que les choses n'ont pas beaucoup avancer pour résoudre cette guerre, le but principal de leur visite.

Ce fut une lecture très plaisante et très agréable, et j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les personnages principaux. Cette série n'est pas une trilogie et c'est une excellente nouvelle car j'ai hâte de les retrouver. Mais ce tome, avec trop de traîtres, trop de diplomatie, trop de clans traficotant dans leur coin, m'a donné l'impression qu'ils avaient perdu leur temps, et que le tome s'étirait un peu en longueur.

Commenter cet article