Nightrunner, T.2 : Les traqueurs de la nuit, Lynn Flewelling

Publié le par Blanche

Les-traqueurs-de-la-nuit.jpg

 

 

 

Résumé :

 

Maître du subterfuge, voleur et noble à la fois, Seregil a transmis à son jeune protégé, Alec, toutes les ficelles du métier. Ensemble, ils ont déjà accompli des missions périlleuses, gagné des batailles et récolté autant d'amis que d'ennemis.
L'aventure les rattrape encore lorsque le magicien Nysander l'ancien confie à Seregil des informations très convoitées, et qui doivent rester secrètes... à tout prix. Mais bientôt propulsés au cœur d'une lutte acharnée contre le mal suprême, les deux compagnons n'ont jamais été si menacés ! La magie seule suffira-t-elle à les protéger ?

 

 

 

Mon avis :

 

Je n'ai pas résisté bien longtemps à la tentation de lire le second tome. Et alors que la dernière page se tourne, un seul mot me vient à l'esprit : « waouh ».

 

La grande force de cette saga, et sans doute de cette auteur, c'est sa capacité à donner vie à ses personnages. Des personnages attachants, qu'on suit avec grand plaisir et qui ne peuvent pas laisser indifférent. Et c'est cet attachement qui a donné toute l'intensité de la lecture. Les évènements s'emballent soudain, et je me suis surprise à trembler pour Alec, pour Seregil, pour tous ceux qui m'ont touché à un moment de l'histoire.

 

Dès le premier tome, et pendant une grosse première partie de celui-là, la guerre en préparation est en toile de fond. L'armée se prépare, les rumeurs se répandent, les espions s'affairent. Le compte à rebours est lancé, on sait que les armes parleront. On l'attend, presque, cette guerre, tant toute la vie semble suspendue dans l'attente du conflit.

 

Et elle arrive brutalement, d'un coup, sans prévenir. La plume de Lynn Flewelling se durcit, les descriptions se font plus précises, plus sombres. Je dois avouer que l'élément déclencheur, vu par Seregil et Alec, m'a collé des sueurs froides tant il a été visuel et glauque. J'ai eu exactement l'impression d'un calme avant la tempête, et quelle tempête ! Tout arrive simultanément, bien plus puissant et bien plus grave que ce que j'aurais pu imaginer. Et alors, à partir de ce moment, plus moyen de lâcher le livre. Autant la première partie, le premier tome étaient plaisants à lire, mais je n'avais pas ressenti cette urgence, ce besoin de connaître de la suite à tout prix.

Les personnages, si attachants, deviennent une arme entre les mains de l'auteur : elle nous tient captifs de son récit, le souffle court, à parcourir avidement chaque ligne, tremblant pour eux. Et savoir qu'elle peut décider, à tout moment, de tuer l'un d'eux m'a glacé les sangs.

 

Alors certes, on reste dans un schéma classique en fantasy : une prophétie, un artefact d'un pouvoir indicible, des méchants qui veulent régner sur le monde entier et des gentils bien désarmés face à cette débauche de haine.

J'ai envie de dire : ''et alors ?'' Pourquoi vouloir à tout prix faire dans l'originalité ? J'ai trouvé cette histoire particulièrement efficace, et je n'ai jamais été dérangée par ces éléments. Je ne suis pas une grande amatrice des prophéties, trop lues, qui semblent être un élément indispensable à la fantasy. La lutte contre le bien et le mal, j'en ai soupé, aussi. Mais une histoire ne fait pas tout, la plume de l'auteur, ses personnages, son originalité font toute la différence.

 

Parce que si la trame n'est pas spécialement originale, l'auteur a su se rattraper par ailleurs. Notamment avec la relation entre Seregil et Alec, traitée avec douceur et subtilité. On peut passer des éclats de rire en les voyant se chercher à l'émotion pure à certains moments. De même, la relation entre Nysander et Thero, leurs doutes respectifs, leurs réserves. Tout est nuancé, tout est plus complexe qu'il n'y paraît. Et ça fait du bien.

 

J'ai dévoré ce roman en trois jours. J'ai été totalement scotchée au bouquin dès le déclenchement des hostilité, ayant l'impression de franchir un cap, de passer d'un roman gentillet à l'horreur. J'ai été surprise bon nombre de fois, et lorsque ce n'était pas le cas, l'émotion remplaçait la surprise.

C'est un vrai coup de cœur, ce tome, et je le recommande vivement !

 

Coup de coeur

Commenter cet article