Little Bird, Craig Johnson

Publié le par Blanche

little-bird.gif

 

 

 

Résumé :

 

Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d'Absaroka, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix.
Ses espoirs s'envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux ans auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d'une jeune Indienne, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd'hui, il semble que quelqu'un cherche à venger la jeune fille. Alors que se prépare un violent blizzard, Walt devra parcourir les vastes étendues du Wyoming sur la piste d'un assassin déterminé à parvenir à ses fins.
Avec ce premier volet des aventures du shérif mélancolique et désabusé, Walt Longmire, Craig Johnson s'impose d'emblée parmi les plus grands.

 

Coup de coeur

 

Mon avis :

 

J'avais un peu peur du cliché du vieux flic proche de la retraite mais le résumé, et le conseil d'une amie m'ont convaincus.

 

Et je ne le regrette pas.

J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui se dégage du livre. Ça vient déjà de l'environnement dans lequel se passe le roman. Prise de curiosité, je suis allée faire un tour sur internet pour mieux visualiser les paysages, et ça a été un vrai coup de cœur.

 

http://localism.com/image_store/uploads/5/0/4/7/7/ar124577912277405.JPG

 

Et l'auteur intègre le froid, la tempête, la neige pour nous happer dans ce paysage de rêve.

Et puis, bien sûr, il y a cette fresque sociale dépeinte avec beaucoup de savoir faire. Les relations compliquées entre les Indiens et les Blancs, cette ségrégation qui continue malgré les années qui passent.

J'ai beaucoup aimé le meilleur ami de Longmire, l'auteur a su me toucher avec cet Indien. Les deux amis sont des vétérans de la guerre du Vietnam, et si l'auteur n'aborde le sujet que par petites touches, on sent bien à quel point ils ont été marqués par cette guerre.

 

L'autre grand point positif à mon avis, c'est l'ironie cinglante dont fait preuve l'auteur. Le narrateur, Longmire, ne s'embarrasse jamais du politiquement correct et n'hésite pas à dire ce qu'il pense, toujours d'un ton mordant. C'est ce qui rend ce vieux flic si attachant. Ou même l'auto-dérision dont fait preuve le narrateur :

 

«  Et puis, j'avais un rideau de douche. Je ne connais pas bien les lois de la physique dynamique qui font que le rideau de douche se colle à votre corps dès que vous ouvrez l'eau, mais comme ma cabine de douche était entourée de rideaux sur les quatre côtés, dès que j'ouvris le robinet, je me transformai en burrito de vinyl au shérif scellé sous vide »

 

Et puis, bien sûr, il y a l'intrigue. Et là, on se pose plein de questions en même temps que le shérif. Si c'est vraiment une vengeance, peut-on réellement blâmer l'auteur de ce meurtre quand on sait la peine ridicule dont ont écopé les coupables ?

 

Quoiqu'il en soit, ce fut une très belle découverte. Un roman envoûtant avec des personnages réellement attachants. Au point que je me demande si j'arriverais à patienter jusqu'à la sortie en poche du prochain opus.

Commenter cet article