Les vacances d'un serial killer, Nadine Monfils

Publié le par Blanche

Les-vacances-d-un-serial-killer.gif

 

Résumé :

 

Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord.
Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamiry Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane. Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s'enfuit.
Furieux, Alfonse s'arrête dans un snack pour s'enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer. s'amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l'arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l'écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri.

 

Perplexe

 

Mon avis :

 

Tous les avis que j'avais entendu à propos de ce bouquin parlaient d'humour désopilant, de comédie noire. Et comme je devais lire un livre, j'ai choisi celui-là.

 

Il se lit très facilement, l'auteur a une plume efficace et les rebondissements s'enchaînent sans répit. C'est effectivement complètement déjanté, entre la mamie, myope mais liseuse de bonne aventure, Alfonse, le roi de la boulette sauce lapin, sa femme et son chapeau-lampadaire, et leurs gamins.

Les mots sont crus, le registre très familier, ce qui nous plonge encore plus dans l'ambiance... même si ce n'est pas ce que je préfère. Très peu de descriptions, juste le strict nécessaire.

 

Ils se retrouvent dans des situations pour le moins improbables, et les évènements s'enchaînent, tandis qu'ils tentent de s'y adapter.

 

Mais à vrai dire, au final, j'ai trouvé ce livre triste. Peut-être parce que je n'ai pas réussi à me délecter des déboires de cette famille de beaufs. Parce qu'ils le sont, incontestablement : Alfonse, et sa voiture, à laquelle il tient plus que sa femme, avec ses sièges imitation léopard et le volant en peau de zèbre. Et les grands classiques de Johnny qui hurlent dans les oreilles des pauvres gamins.

Oui mais voilà : même s'ils sont comme ils sont, je n'ai pas pu m'empêcher d'être touchée par ce qu'il leur arrive. Lente décrépitude d'une vie bien rodée, dont ils se satisfont.

 

Ces vacances, c'est l'histoire de l'effritement de leur famille. D'une succession de rencontres qui les précipitent vers leur chute. Alors certes, à la fin, ils retrouvent plus ou moins une certaine stabilité. Et comme pour tout le reste, ils s'y accommodent. Il n'empêche que j'ai trouvé ce livre triste.

Commenter cet article

jerome 27/07/2011 18:39



Et bien moi j'ai trouvé ce livre trop ENOOORME pour être intéressant. J'ai franchement rigolé au début mais je me suis très vite lassé. Mon avis : http://litterature-a-blog.blogspot.com/2011/06/les-vacances-dun-serial-killer.html



Blanche 27/07/2011 18:55



J'aime beaucoup l'analyse que tu as fait sur ton blog. J'avoue être complètement passée à côté de l'aspect "drôle" du truc. Autant, j'ai aimé certaines ironies de situation, j'ai aimé la
surenchère de ces vacances qui partent en quenouille, mais j'en garde le souvenir d'un roman finalement triste.


Comme quoi, chacun lit différemment les mêmes mots ;)