Les Moorehawke, T.1 : Le royaume empoisonné, Céline Kiernan

Publié le par Blanche

Le-royaume-empoisonne.jpg

 

Résumé :

 

Lorsque la jeune Wynter Moorehawke revient à la cour avec son père, elle découvre un royaume plongé dans la peur, les intrigues et les chambres de torture : le roi Jonathon est devenu un tyran qui opprime tous ceux qu'il a jadis aimés. Son fils héritier Alberon a disparu, la révolte gronde et on parle même d'une mystérieuse machine sanglante. Aujourd'hui, le temps est venu pour la jeune fille de choisir. Entre son père et ses rêves, son ami et son roi, son devoir ou son amour.

 

Mon avis :

 

Voilà une chronique qui va être bien compliquée à écrire. Ce roman me tentait, je l'avoue. Mais à la lecture, il reste un arrière-goût étrange.

 

Il n'y a pas vraiment d'originalité dans le roman, même si on est loin des clichés habituels qui peuvent lasser, voire agacer. Un monde assez classique, donc, un royaume dont on sait finalement peu de choses et qui laisse un peu perplexe. Si Wynter en parle souvent comme un royaume plus éclairé, plus avancé que les autres, on a du mal  le ressentir. Et j'ai eu du mal à comprendre pourquoi elle ne voulait pas aller ailleurs, qu'est ce qui la rendait loyale à ce royaume, en fait.

 

Si le métier de l'héroïne est assez peu vu dans les romans de fantasy et offre une originalité bienvenue, il n'est quasiment pas mis en valeur. Et Wynter est jeune, bien trop jeune à mon goût. Certaines de ses réflexions, certaines de ses réactions sont agaçantes car manquant cruellement de maturité et d'altruisme. Elle pense à elle, à ceux qu'elle aime, et c'est tout.

Il y a également une surabondance de bons sentiments, de pitié, qui m'a légèrement agacée. Si le personnage de Christopher est intéressant et titille ma curiosité, la manière dont il est présenté m'a agacé. Tout comme pour le personnage du père, traité avec l'intention claire d'émouvoir le lecteur, et je n'aime pas ça.

 

J'ai eu un peu de mal à discerner l'intrigue générale, tant l'héroïne se centre sur quelques personnages, laissant complètement de côté les dimensions plus larges et plus importantes de ce qu'il se passe au royaume. Et je dois avouer que ce qu'il se passe, au royaume, le comportement du roi ou la disparition de l'héritier du trône me semblait bien plus important que le rabotage de fresque ou l'autorité de l'héroïne.

 

Au final, ce fut un roman relativement plaisant, et il y a des personnages dont j'aimerais bien connaître le devenir, mais ça ne sera sans doute pas suffisant pour que je me précipite lire la suite.

Commenter cet article