Les Joyaux Noirs, T.1 : Fille du Sang, Anne Bishop

Publié le par Blanche

Fille du sang

 

 

Résumé :

 

Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l'arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d'Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la puissance que recèlent les yeux bleus de cette enfant innocente. Ainsi commence un impitoyable jeu d'intrigues, de magie et de trahisons, dans lequel la haine et l'amour sont les armes. et dont le trophée est bien plus redoutable que tous l'imaginent.

 

Mon avis :

 

Il y a bien longtemps que ce roman essaie de faire céder ma résolution à attendre sa sortie en poche. J'évite au maximum les séries en grand format, question de budget, mais, sans surprise, j'ai fini par céder. Et maintenant que le roman est terminé, si je devais mettre un seul mot sur mes impressions, ce serait frustration.

 

Frustration parce que, si l'univers est original avec sa société matriarcale et les hommes asservis, on manque d'explications, de détails, de descriptions. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre où se situait les villes, à quoi ressemblait le continent. De même, l'explication quant à cette société est très rapidement expédiée, et je demeure sur ma faim concernant les détails.

 

Frustration parce que le système de magie, tout intéressant qu'il soit, reste très flou. Les explications m'ont paru maladroites et peu claires, et j'ai eu le plus grand mal à les appréhender. Au début. Ensuite, j'ai un peu mieux compris, même si j'aurais préféré des explications claires dès le début.

 

Frustration, parce que j'ai eu du mal à concevoir la soumission des hommes. La société les considère comme des hommes puissants, parfois princes de guerre, tout en étant terriblement soumis aux femmes et ne se rebellant jamais contre les traitements qu'elles leurs infligent. Si l'auteur sait éviter les écueils graveleux ou trop voyeuristes, il n'en demeure pas moins que j'aurais apprécié plus d'explications concernant les raisons pour lesquelles ils ne réagissent pas, ne se rebellent pas. Tout comme le père de Daimon, Prince d'Enfer, homme craint  et redouté, qui laisse ses fils se faire torturer sans lever le petit doigt. Pourquoi ?

 

Frustration parce que j'ai absolument adoré le personnage de Lucivar, qu'on ne voit que trop peu. Lorsque sa situation s'est dégadrée, j'ai dévoré les pages pour savoir comment il allait s'en sortir, me répétant "elle ne peut pas le laisser dans cette situation" "pourquoi personne ne bouge le petit doigt ?" Et la fin m'a laissé terriblement frustrée le concernant.

 

Je me suis attachée à Janelle, cette gamine si surprenante. J'ai adoré l'humour qu'on perçoit, parfois, la gravité de certains passages, la complicité entre Daimon et elle. Et malgré les presque 500 pages du roman, je suis frustrée par la fin. J'ai dévoré la dernière moitié du roman, et je crois que je ne résisterai pas bien longtemps à la tentation de me jeter sur le tome 2, malgré le sentiment d'avoir lu un roman incomplet, qui aurait mérité bien plus d'explications.

 

J'ai aimé

 

 

Cette lecture a été faite dans le cadre d'une lecture commune, et voici les avis des autres participants :

Anoalios

Ptitetrolle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zina 19/11/2012 17:10


C'est une série que j'avais vraiment adoré, et de lire toutes vos chroniques, ça me donne envie de les relire !!

Blanche 04/12/2012 10:28



Je crois que je ne vais pas traîner pour lire la suite !