Le suaire de l'archevêque, Peter Tremayne

Publié le par Blanche

Le-suaire-de-l-archeveque.jpg

 

 

Résumé :

 

En mission à Rome pour l'Église d'Irlande, sœur Fidelma arpente la ville en compagnie de son ami, le moine saxon Eadulf, en attendant d'être reçue par le pape Vitalien. Quelques jours après son arrivée, un meurtre est commis dans le palais du Latran. La victime n'est autre que le supérieur d'Eadulf, Wighard, archevêque de Cantorbéry. Au VIIe siècle, le contexte politique est déjà tendu entre les Églises romaine et irlandaise.
Soucieux de calmer les esprits, l'évêque romain Gelasius demande à l'intrépide duo d'enquêter sur cette sombre affaire qui pourrait bien mettre le feu aux poudres...

 

challenge polar historiques

 

 

Mon avis :

 

Encore et des toujours des polars historiques ! Quand on aime, on ne compte pas. Faut dire que le premier tome des aventures de Fidelma et d'Eadulf m'avaient beaucoup plu, alors pourquoi se priver ?

 

Les voici tous les deux à Rome, chacun avec sa mission. Contrairement au premier tome, où je m'étais un peu perdue dans les débats sur les dogmes de l'église irlandaise et romaine, ce roman évite les longues discussions pointues. Il y a certes, forcément, l'aspect religieux mais je l'ai trouvé plus abordable.

Mais les deux héros, par les dialogues, n'hésitent pas à discuter des différences entre leurs deux cultures. La place de la femme, notamment. Quand, en Irlande, elle peut se prétendre l'égale de l'homme et est protégée par la loi des viols, dans les royaumes saxons, elle n'a pas cette chance.

 

C'est peut-être démagogique, mais j'ai été touchée également par les réactions de Fidelma. A Rome, au Palais du Saint Père, où s'étalent les richesses, elle est révoltée de voir les mendiants devant le parvis, retenus par les gardes. Comment admettre que ceux qui ont juré de servir le Dieu des pauvres puissent vivre dans une telle opulence, à quelques mètres de la misère la plus noire ?

Il y a aussi la question du célibat des religieux, que j'ai beaucoup apprécié.

Les personnages principaux me touchent, donc. Et j'aime beaucoup la relation qui se crée entre eux, lentement, mais où l'amitié et l'estime tiennent une place prépondérante.

 

L'intrigue est loin d'être évidente. Nous avons, cette fois encore, un panel de personnages. Pour Fidelma, le coupable, qui semble tout désigné et qui arrangerait tout le monde, n'est peut-être pas si coupable que ça. Et tant qu'elle n'aura pas les preuves...

On devine bien que le vrai responsable se cache parmi les personnages présents. J'adore quand on a le coupable sous les yeux depuis le début, et que l'auteur nous mène par le bout du nez jusqu'à la résolution de l'intrigue.

 

Ce fut une lecture très agréable, servie par une écriture prenante, des personnages attachants et une intrigue pas si évidente que ça. Un vrai plaisir !

 

J'ai aimé

Commenter cet article