Le prix de la magie, Kathleen Duey

Publié le par Blanche

Le-prix-de-la-magie.jpg

 

 

 

Résumé :

 

Dans un monde où la magie est une rareté, la maîtriser à un prix...
Hahp en fait le difficile apprentissage à l'académie. Dans sa classe, rares sont les élèves à passer toutes les épreuves. Les autres ne seront plus de ce monde pour les féliciter.
Autrefois, la magie était interdite. Jusqu'à ce que la jolie Sadima la ressuscite, grâce à ses aptitudes exceptionnelles. Mais saura-t-elle en faire bon usage ? Ses deux acolytes sont-ils dignes de confiance ou jouent-ils les apprentis sorciers ?
Et pourquoi, au nom de la magie, des enfants sont-ils affamés et enfermés dans le noir ?

 

Perplexe 

 

Mon avis :

 

C'est un roman estampillé jeunesse mais sa lecture est largement adaptée aux adultes. Il n'y a pas de raccourcis trop rapides, pas de situations trop simples comme on en trouve parfois dans cette catégorie.

 

Dès le début du livre, nous sommes happés par la course d'un jeune garçon. Ses émotions nous envahissent, nous serrent le cœur jusqu'à en devenir presque oppressantes. Et cette constance se répète tout au long. Ce sont des chapitres très courts, qui se succèdent sans répit, et il est très difficile de s'arrêter.

 

Les personnages, grâce à la plume très évocatrice de l'auteur, sont très touchants : quels qu'ils soient, on comprend leurs motivations, on suit leur parcours avec le cœur serré. Car dans ce roman, tout n'est que noirceur. Dès le début du roman, un jeune enfant implore l'aide d'une magicienne pour qu'elle sauve sa mère d'un accouchement difficile. Le père et le fils patientent, et lorsque la magicienne s'en va, elle leur assure que la mère et le nouveau-né vont bien. Ils la paient grassement, au risque de souffrir de famine dans l'hiver qui vient. Et quand ils rejoignent la mère, ils découvrent que leurs maigres possessions ont été volées par la magicienne, que la mère est morte, et le nouveau-né agonisant.

De même, quand le résumé parle d'enfants affamés, ce n'est que doux euphémisme. Dans cette école, il y a réellement des enfants qui meurent de faim.

 

La peur et la faim sont des sentiments qui marquent ce récit, si évocateurs qu'ils rendent la lecture difficile, oppressante. Et c'est finalement ce que je reproche à ce livre. L'intrigue suscite la curiosité, l'intérêt. Le suspens est là, et l'auteur place petit à petit à les éléments qui nous permettent de comprendre le monde qu'elle a imaginé. La plume est simple mais efficace. Mais ce monde est noir, terriblement noir. Aucune lueur d'espoir, où que ce soit. Aucun espoir de fin heureuse, d'après ce que j'ai deviné grâce aux indices disséminés un peu partout.

 

Je lirai tout de même le second tome, je pense. Pour voir si je me suis trompée ou pas. Mais je le ferai quand je serai capable d'appréhender ce monde sans en être tourneboulée.

Commenter cet article