Le mystère Millow, Gilles Bornais

Publié le par Blanche

Le-Mystere-Millow-copie-1.gif

 

 

 

 

Résumé :

 

A Londres, en cette fin de XIXe siècle, un meurtre curieux donne du fil à retordre à Scotland Yard : un peintre sans envergure, Fergus Millow, a été assassiné dans son appartement de Cowley Street. Deux énigmes majeures corsent l'enquête : la victime a reçu le jour même de son assassinat une lettre lui annonçant sa mort ! Millow était d'une discrétion maladive et personne ne semble le connaître, pas même ses voisins de palier. Le Yard charge le détective Joe Hackney de cette épineuse affaire. Ancien voyou de l'East End devenu un flic renfrogné à la dégaine inimitable, Joe met ses méthodes peu orthodoxes et ses amis à l'honnêteté douteuse au service de la Couronne pour résoudre ce crime nimbé d'un mystère plus épais que le "fog" londonien

 

challenge polar historiques

 

 

Mon avis :

 

J'avais beaucoup aimé les deux premiers opus de cette série et c'est donc avec joie que je me suis plongée dans ce roman. Sans aucun regret !

 

Il ne faut que quelques lignes pour replonger directement dans l'univers de Gilles Bornais. Joe Hackney, sa dégaine et sa gouaille, qui s'occupe en premier lieu d'un vulgaire combat de coq, et magouille un peu son rapport. Et dès ces premières pages, on s'attache à un nouveau personnage : Ashby. « Deux yeux perdus derrière ses lunettes à montures ronde, crevant une figure de peau piquée de tâches de rousseur sur un corps rendu informe par les couches de gilets qui l'ensachaient. Le reste était à l'avenant, pantalon à pièces et godillot à trou. Un seul. Le bougre avait perdu la seconde dans la mêlée. […] Ashby tordait la bouche comme les voyous, mais les mots qui en sortaient filaient doux. »

Comment ne pas s'attacher, quand on apprend son histoire ? Comment ne pas adhérer, quand Joe essaie de le remettre dans le droit chemin ?

 

Bien sûr, il y a Doffey, l'incapable en chef, qui gesticule, pantin incompétent trop sûr de lui, fier de ses théories hasardeuses et fort de son intuition détraquée. Et puis, il y a la mère de Joe, malade, et on sent clairement tout l'amour qu'il lui porte, même s'il ne le dira jamais.

De son écriture pleine de caractère, qui donne réellement une tout autre dimension au récit, Gilles Bornais nous dresse le portrait d'un flic voyou touchant, attachant, fier et intuitif.

 

Et il va lui en falloir, de l'intuition, pour percer le mystère Millow. Car de la victime, personne ne sait rien, personne ne le connaît. Plus ils apprennent des choses, plus la situation semble compliquée. Et si, cette fois, il n'y a aucune explication surnaturelle, bien malin celui qui aurait pu trouver le coupable.

 

Comme souvent quand j'ai aimé un roman, je me trouve à court de mots pour en expliquer les raisons. L'atout principal, à mes yeux, de cette série, c'est la narration. Bien loin de l'écriture efficace et simple qu'on trouve si souvent aujourd'hui, il se sert d'un argot parfaitement compréhensible qu'il arrive à rendre touchant, via ces personnages au destin bousculé. On est bien loin de la bourgeoisie proprette de Londres mais, à vrai dire, ces personnages me parlent bien plus qu'une Charlotte Pitt.

 

C'est le dernier tome sorti en poche, pour les aventures de Joe Hackney. Il ne reste donc plus qu'à attendre que le quatrième opus sorte en poche. Et je peux vous assurer que je ne tarderai ni à l'acheter, ni à le lire.

 

Coup de coeur

Commenter cet article