Le livre des rai-kirah, T.1 : L'esclave, Carole Berg

Publié le par Blanche

L-esclave.jpg

 

 

Résumé :

 

Seyonne n'a pas toujours été un esclave. Autrefois, les membres de son peuple étaient les gardiens d'une magie comme on n'en avait jamais vu, des protecteurs, des défenseurs. Mais les Derzhi sont arrivés et les ont réduits en esclavage. À présent, des années de misère dégradante ont brouillé la mémoire de Seyonne et miné sa force. Pour son peuple, il est déjà mort. Et à ses yeux, sa propre fin est tout ce qu'il lui reste - jusqu'à ce qu'il rencontre l'espoir dans les circonstances les plus improbables... Vendu une fois de plus, Seyonne est acquis par Aleksander, héritier de l'empire derzhi. Son nouveau maître est un homme froid et d'une insouciante cruauté. Mais en Aleksander dorment les germes de la grandeur.

 

Mon avis :

 

J'avais lu ce livre il a y fort fort longtemps, avant la création de ce blog. La sortie du tome 2, en poche, était l'occasion de relire le premier tome, et de le chroniquer.

 

A vrai dire, à la fin du premier tome, je ne m'étais pas ruée sur le second, aussi étrange que ça puisse me paraître aujourd'hui : j'ai adoré ce roman. Par contre, c'est un roman qui peut se lire en one-shot, il y a une vraie fin, avec certes la vision d'un personnage qui va à la rencontre de nouvelles aventures, mais sans l'aspect : "tant que t'as pas acheté tous les tomes, tu ne sais pas s'il survit ou non".

 

L'auteur a créé un univers assez simple, mais efficace : un peuple conquérant, les Derzhi, qui étend son territoire en asservissant les autres peuples, et qui règne sur son empire avec une poigne de fer.

Les vaincus sont réduits en esclavage et  les Ezzariens, porteurs de magie, subissent un traitement cruel qui leur ôte toute trace de magie.

 

Ce qui est le plus prenant, dans l'histoire, c'est bien sûr de suivre la narration de Seyonne, que la première personne du singulier rend très intimiste. On le suit, lui, l'esclave dépossédé de sa magie, de son honneur et de quasiment tout ce qui lui tenait à coeur, lorsqu'il est acheté par le prince de l'empire derzhi. C'est fascinant de voir l'évolution de cette relation qui, bien que peu surprenante, m'a donné le sourire ou des noeuds dans le ventre. Car la plume de l'auteur rend parfaitement les émotions, on passe du rire, parfois, aux émotions plus douloureuses.

 

Et puis le roman prend une toute autre ampleur, et il devient difficile de lâcher les pages : on veut absolument savoir comment ça se terminer, maintenant qu'on s'est attaché aux personnages.

J'ai trouvé que certains personnages secondaires étaient réellement très intéressants, comme la fiancée d'Aleksander, ou le responsable des esclaves. D'autres, en revanche, m'ont laissé de glace.

 

Il n'en demeure pas moins que j'ai dévoré ce roman, porté par une écriture assez immersive et tout en émotion. Si la fin n'est pas réellement une surprise, j'ai vraiment pris du plaisir à relire ce tome !

 

J'ai aimé

Commenter cet article