Le bûcher de Saint Enoch, Gilles Bornais

Publié le par Blanche

Avant toute chose, je vous souhaite une excellente année 2012, qu'elle soit pleine de bonheur et que tous vos voeux se réalisent ! Et surtout, qu'elle soit riche en découvertes livresques !

 

Le bûcher de Saint Enoch

 

Résumé :

 

Joe Hackney n'a qu'une envie : rejoindre enfin le " Yard " à Londres, quitte à laisser dans la brume écossaise sa compagne du moment.
Mais les bords de la Tamise sont encore loin : bloqué dans la grise Glasgow par des tragédies à répétition, le détective comprend que son départ devra attendre... Tout commence par la découverte du corps d'une femme retrouvée assassinée au sommet d'un terril. Puis un incendie qui se déclare dans une église d'où l'on retire cinq cadavres carbonisés. Sans compter l'ascenseur d'une mine qui lâche parce qu'il a été saboté.
Entre les grèves minières et les secrets d'alcôve, les lambris des puissantes loges franc-maçonnes et la fournaise des fonderies, Joe Hackney cherche une vérité qui semble dériver depuis les salons chics de la haute société jusqu'aux bas-fonds de Glasgow. Serial killer, machination ou règlements de comptes sanglants ?

 

 

challenge polar historiques-copie-1

 

 

Mon avis :

 

Quel plaisir, mais quel plaisir de retrouver Joe Hackney ! Comme souvent lorsque je suis séduite par un roman, j'essaie de découvrir d'autres titres du même auteur. S'il agit d'une série avec le même  héros, c'est encore mieux ! Nous voilà donc dans le second opus des aventures de ce flic pas comme les autres.

 

Un flic coincé à Glasgow, où il ne souhaite qu'une chose, quitter l'Ecosse et rentrer dans son Londres natal. Mais une série d'évènements va le conduire à rester pour mener l'enquête et comprendre ce qu'il se passe.

 

La plupart des personnages du tomes précédent sont présents, pour mon plus grand bonheur. Mais il n'y a que très peu de références au premier tome, et je pense que c'est un roman qu'on peut lire indépendamment des autres, comme souvent dans les polars.

C'est un monde âpre, que Gilles Bornais nous fait découvrir, où tous les personnages ont leur travers et leurs manies. On y retrouve même Millie, cette femme qui obsède presque Joe, même si elle est loin des standards habituels. Et cette partie de la vie de Joe me touche tout particulièrement.

 

« Pour la énième fois, je lus la dernière lettre de Millie. Je lui avais répondu aussitôt. Glasgow, le vent du nord, mes investigations à la petite semaine, les yeux de coyote de l'adjoint, les grands pas vers rien de Buchanan. Pas un mot sur mon mal d'elle. Elle n'aurait pas compris. Son cerveau faisait de son mieux, c'est seulement qu'elle s'écoutait trop rire et que ça bloquait ses pensées. Surtout qu'il lui arrivait de prêter attention à ce que pouvait bien lui raconter le sang brûlant qui lui courait au corps et de prendre ses envies pour des idées. »

 

Chaque personnage a son charisme, il ne s'agit pas là de simples figurants qui viennent meubler le récit.

 

On retrouve la même gouaille dans l'écriture et dans les pensées de Joe, absolument délectable. Dans cet extrait, Joe marmonne après la décision de Buchanan, leur supérieur, d'envoyer deux jeunes inspecteurs, Steven et Howart, arrêter un suspect, immense et terrible costaud, au Castle :

 

«  Ils avaient achevé leurs interrogatoires. Ils s'étaient usé la salive sur leurs trente-quatre derniers suspects. Des abrutis, des joueurs de poker, des galeux, des obsédés, des bois-sans-soif, des véroleux, un borgne, un muet, des estropiés. Pendant trois jours, Steven et Howart avaient transformé la salle des inspecteurs en cour des miracles. Résultat : néant. Pas le plus petit aveu à se mettre sous le crayon. Une flopée de saints. Aucun d'entre eux n'avait jamais volé une poule, pas plus qu'ils ne s'étaient carapatés d'un fiacre sans payer. Et c'est ces deux arpètes qui allaient nous ramener l'Hercule du Castle ! Par moment, la foi de Buchanan en son prochain n'arrivait plus à me distraire. Elle m'inquiétait. »

 

La fin m'a laissée à la fois amusée et inquiète. L'auteur a su trouvé un élément, bien que très différent du premier tome, qui m'a franchement surprise. 

Et au delà de l'enquête, au demeurant très bien menée et qui tient en haleine jusqu'au bout, c'est surtout la plume de l'auteur qui me fait aimer cette série. On est bien loin de l'archétype du flic propre sur lui, qui n'a rien à se reprocher et qui fonce tête baissée dans les enquêtes.

Un vrai plaisir de lecture pour une immersion totale dans cette époque !

 

Coup de coeur

Commenter cet article