La nuit des Enfants Rois, Bernard Lenteric

Publié le par Blanche

La-nuit-des-enfants-rois.jpg

 

 

Résumé :

 

Cela se passe, une nuit, dans Central Park, à New York : sept adolescents sont sauvagement agressés, battus, violés.
Mais ces sept-là ne sont pas comme les autres : ce sont des enfants génies. De l'horreur, ils vont tirer contre le monde une haine froide, mathématique, éternelle. Avec leur intelligence, ils volent des centaines de millions de dollars, ils accumulent les crimes parfaits. Car ces sept-là ne sont pas sept : ils sont un. Ils sont un seul esprit, une seule volonté. Celui qui l'a compris, Jimbo Farrar, lutte contre eux de toutes ses forces.
A moins qu'il ne soit de leur côté... Cela, personne ne le sait. Alors, si ces sept-là n'étaient pas sept, mais huit ? S'ils étaient huit, le monde serait à eux et ce serait la nuit, la longue nuit, la nuit des enfants rois.

 

Pas convaincue

 

Mon avis :

 

La faible créature que je suis a cédé face à une couverture qui attise ma curiosité. Le titre ne m'était pas inconnu, et pour cause : c'est visiblement une référence dans le domaine. Et voilà le livre entre mes mains, qui va s'ajouter à la longue liste à lire.

 

Le quatrième de couverture n'est pas, à mon sens, des plus pertinents. Ces évènements, dans Central Park, ne se déroulent qu'au milieu du livre.

Le début ? Sept enfants, âgés de quatre à six ans, qui ne se connaissent pas, qui vivent à des centaines de kilomètres les uns des autres, dessinent des traits et des points sur un ordinateur. Ce dernier a été mis à leur disposition dans le cadre d'un programme de recherche de génies lancé par une entreprise informatique. Et lorsque l'informaticien, en charge de surveiller les résultats, superpose les dessins, trois lettres se forment « Where are you ? ».

 

Le véritable danger, c'était de lire un livre sorti en 1981 et parlant principalement d'informatique. Car il faut bien l'avouer, trente ans plus tard, plus rien n'est comparable. Et si l'auteur insiste sur la taille de la salle qui contient le super-ordinateur, et si l'informaticien utilise des disquettes pour ses travaux, le reste ne choque pas. A aucun moment je n'ai eu cette impression d'obsolète, de désuet. Premier bon point.

 

Le second point positif, c'est que jusqu'au bout, alors que les morts s'accumulent et que l'étau se resserre autour des responsables de cette entreprise d'informatique, on ignore purement et simplement si Jimbo Farrar, l'informaticien en question, est coupable ou innocent. Et s'il va prendre le parti des gamins ou lutter contre eux.

 

Pour le reste...

Le style est vif et percutant, c'est vrai. Mais un peu trop rapide à mon goût. L'auteur a, à plusieurs reprises, utilisé un procédé simple pour décrire les pensées des gamins : « Il pense : ». Et ça, ça me bloque. D'accord, le principal atout, c'est que la pensée reste parfaitement anonyme. Mais du coup, j'ai trouvé ça trop impersonnel et trop froid.

 

Le second point négatif, c'est le manque d'explications. A moins que j'ai raté un passage, il n'est à aucun moment expliqué comment ses enfants peuvent être un. Comment se fait-il qu'ils aient envoyé ce message ? D'où vient leur intelligence ? L'absence de réponse m'a terriblement frustré.

 

Alors fatalement, la conclusion est en demie-teinte. J'ai passé un bon moment en lisant ce livre. Je l'ai lu jusqu'à la fin, pour connaître la décision de Jimbo. J'ai souffert avec lui, parfois. Mais la froideur du récit, et l'absence de réponses m'empêche d'adorer ce livre.

 

Bon à savoir :

 

Ce livre a été adapté au cinéma dans le film d'animation The Prodogies, sorti le 8 juin 2011. Je ne l'ai pas vu mais d'après ce que j'ai lu du synopsis, ça n'a pas grand chose à voir avec le livre. Je passerai donc mon chemin ;)

Commenter cet article