L'espion du prince Oleg, Elena Arseneva

Publié le par Blanche

L-espion-du-prince-Oleg.gif

 

 

 

Résumé :

 

En 1073, le prince Oleg ambitionne de s'emparer du fief de son cousin Vladimir, prince de Tchernigov. Tentant de déjouer ce complot, le varlet Boris, agent secret de Vladimir, est sauvagement assassiné, et les preuves de la trahison sont dérobées. comme toujours, Vladimir confie l'enquête à son fidèle conseiller, le boyard Artem, alors que celui-ci doit par ailleurs élucider le récent meurtre de la belle Katérina, fiancée d'un de ses anciens compagnons d'armes.

 

 

challenge polar historiques-copie-1

 

Mon avis :

 

Après une baisse de mon rythme de lecture, j'ai voulu reprendre avec un titre sûr, d'une série que j'aime beaucoup, à savoir les aventures du boyard Artem. Et comme toujours, ça fonctionne.

 

On retrouve les quatre personnages principaux, Arthem, cet homme assez froid et rude, pourtant toujours à la recherche de la vérité, de la justice. Il n'est pas infaillible, loin de là, et est tenu en échec pendant un bon moment avant de comprendre, enfin, les liens qui unissent le panel de suspects. J'ai juste un peu tiqué quand je l'ai vu, cette fois encore, être séduit par l'une des suspectes, comme dans le tome précédent. Et j'espère que ça ne durera pas : ça m'agace un peu, ces enquêteurs qui succombent à la première femme qui passe, même si elle est liée aux meurtres. Même si, après tout, l'enquêteur en question n'est jamais qu'un homme. J'aime beaucoup la manière dont il se comporte avec Philippos, ce gamin qu'il a adopté.

Un gamin qui s'immisce dans les enquête, fouine de partout et trouve des solutions quelque peu détournées pour avoir des informations. Et Artem, s'il veut toujours l'en tenir écarter, ne peut pas résister bien longtemps au regard contrit de son protégé.

Mikto et Vassili offrent deux personnalités bien différentes, mais complémentaires, ce qui fait d'eux des personnages à part entière et pas seulement des faire-valoir pour Artem.

 

L'aspect historique est, cette fois encore, parfaitement rendu. On plonge directement dans cette époque méconnue, en pleine conversion au christianisme, avec des luttes de pouvoir. Quant à l'enquête, si on peut se douter, pendant quelques pages, de la culpabilité d'un suspect, on se retrouve vite les mains vides. Je n'ai pas su deviner qui était coupable de quoi.

 

Ce cinquième tome des aventures d'Artem fut donc un vrai plaisir à lire, mené par une écriture efficace, avec une intrigue pas si évidente que ça et un plongeon dans une époque bien lointaine pour nous.

 

J'ai aimé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article