L'énigme du second prince, I.J. Parker

Publié le par Blanche

L-enigme-du-second-prince.gif

 

Résumé :

 

Jeune gouverneur de la province troublée d'Echigo, Sugawara Akitada n'aspire qu'à une chose : rentrer à la capitale. Mais lorsque deux envoyés impériaux arrivent avec un ordre de mission, Sugawara doit se résigner. Il se rend sur l'île de Sado, surnommée l'île des exilés, afin de découvrir le meurtrier du second prince, frère de l'empereur, tombé en disgrâce après une trahison. Pour mener son enquête, Sugawara n'a d'autre choix que de se faire passer pour un prisonnier. Quitte à subir les mêmes sévices que ces malfrats... Entre hommes de loi corrompus et jeunes filles manipulatrices, le gouverneur Akitada n'aura pas trop de l'aide de son irrévérencieux serviteur Tora pour déjouer une monstrueuse conspiration qui pourrait menacer l'empereur en personne...

 

challenge polar historiques-copie-1

 

Mon avis :

 

Je suis dans ma période polar historique ! Cette fois, je me suis laissée tenter par un polar qui se déroule dans le Japon médiéval. C'est une période que je ne connais quasiment pas et j'avais hâte d'en apprendre un peu plus. Ce n'est pas le premier tome de la série, mais le résumé laissait supposer une atmosphère en huis-clôt, que j'aime beaucoup.

 

Et au final, je suis vraiment mitigée. Cette fois encore, l'aspect historique est très bien rendu et nous sommes naturellement plongés dans l'époque. On y retrouve les provinces, les ennemis et le fonctionnement d'un Japon médiéval, sans que l'auteur se sente obligé de nous faire un cours d'histoire ou joue au médium.

 

On y retrouve également la culture japonaise : j'ai certes beaucoup de lacunes à ce sujet, mais ce sont des éléments que je reconnais. La politesse, le respect de la hiérarchie, la bienséance, la promotion au mérite. Au début du roman, on retrouve donc notre héros, responsable d'une province, qui se serre la ceinture parce qu'il n'a pas été payé depuis des mois : en fait, comme lui dit un émissaire de l'empereur, il n'a qu'à se servir dans les caisses pour se payer. Ce qu'il n'osait pas faire, car c'est écrit dans les lois qu'il n'a pas le droit de le faire. On a aussi le cas d'un responsable qui se saigne aux quatres veines pour remplacer des biens volés, espérant que personne ne s'aperçoive de ce vol, placé sous sa responsabilté. Mieux vaut se priver qu'avouer son échec en lançant une enquête pour découvrir le voleur.

On plonge donc directement dans la mentalité de l'époque (qui perdure sans doute encore aujourd'hui, peut-être à une moindre échelle). Le tout est savamment dosé et n'est, à aucun moment, lassant.

 

Mais il m'a fallu plus de deux cents pages pour que j'éprouve un peu d'intérêt pour le livre. J'ai trouvé Akitada assez froid et neutre. Il n'a pas déclenché chez moi le moindre sentiment de sympathie. Il m'a laissé de marbre. La plupart des autres personnages sont assez ambivalents, et tous cachent leur jeu, mais sans déclencher non plus un fol enthousiasme. Ça réserve de belles surprises, sans être renversant.

 

Mais j'avoue que globalement, j'ai trouvé le livre un peu long et je n'ai pas spécialement accroché à l'intrigue, qui m'a paru passer trop au second plan. Je pense que je ne continuerai pas les aventures d'Akitada.

 

Pas convaincue

Commenter cet article

falline 07/05/2012 09:25


Tout à fait d'accord, je n'ai pas lu ce roman-ci mais un autre du même auteur et, pour les mêmes raisons que toi je n'ai pas accroché du tout!!!! Grosse déception parce que le japon médièval ça
me tentait bien aussi!!!!

Blanche 07/05/2012 09:49



C'est tout l'avantage des polars historiques : on plonge dans différentes époques, différentes cultures et différents pays.


Il y a peut-être d'autres auteurs de cette période