L'enfant de nulle part, Roger Zelazny

Publié le par Blanche

L-enfant-de-nulle-part.jpg

 

 

 

 

Résumé :

 

La bataille fut totale, le clan Detson annihilé par la magie blanche du vieux Mor et ses armées de centaures. Tous ont péri à l'exception du dernier né, Pol, que personne n'a pu se résoudre à égorger. Le voilà banni dans un univers parallèle : le nôtre. En contrepartie, Mark, un bébé de la Terre, lui est substitué afin de conserver l'équilibre. Bien des années s'écoulent avant que Mor ne comprenne son erreur : Mark, rejeté par le monde médiéval, menace de devenir un danger avec ses inventions toujours toujours plus sophistiquées. Mais le vieux magicien se meurt, aussi rappelle-t-il à lui Pol, l'enfant magique élevé sur Terre. Lui seul est en mesure de contrer son « jumeau ». S'engage alors un combat sans merci entre les deux hommes, celui de la magie contre la technologie, des dragons contre les avions de chasse.

 

 

image-blog-challenge 2012

 

Mon avis :

 

Ça fait bien longtemps que ce roman traîne dans ma PaL. Le résumé me plaisait, mais je redoutais la confrontation entre la magie et la technologie, genre que j'ai, parfois, du mal à apprécier. A la question «  Pourquoi avoir acheté ce livre, alors ? » la réponse est « Je ne sais pas trop ». Le challenge ABC était l'occasion idéale pour le sortir enfin et ce fut une excellente initiative !

 

Si le roman est estampillé intégrale, c'est bel et bien parce qu'il y a deux tomes à l'intérieur. Et donc, deux histoires. C'est un détail que je n'ai appris qu'en arrivant à la seconde partie, douée comme je suis et qui a résolu le mystère qui a parasité une partie de ma lecture.

 

La plume de Zelazny est très plaisante, fluide et très évocatrice. Mais les évènements s'enchaînent rapidement, presque un peu trop : Pol doit retrouver les trois fragments de baguette qui pourraient lui conférer de la puissance, et il le fait en quelques pages, assez facilement somme toute. C'était à la limite du « trop facile pour y croire », mais relativement plaisant, au final, puisque le roman nous réserve d'autres surprises.

Nous sommes plongés, dès le début, dans une histoire particulièrement efficace. La bataille du premier chapitre sonne comme la fin d'un roman et nous met immédiatement en situation.

J'ai trouvé très intéressant le fait que, bien que ces deux enfants échangés grandissent dans des milieux fort différents, ils ont un intérêt et des capacités propres à leurs univers d'origine.Et ça m'a fait beaucoup m'interroger sur le prédispositions liées à la naissance.

 

Cela dit, j'ai trouvé que c'était un peu facile et un peu caricatural. Mark, élevé dans un monde médiéval très rural, invente des voitures et autres engins issus de la technologie. Comment en a-t-il eu l'idée ? Comme a-t-il pu le réaliser ? La réaction des villageois, caricaturale au possible, m'a presque fait sourire : ils ont rejeté à la fois Mark, trop ''technologique'' et Pol, trop ''magicien''.

 

La seconde partie du roman m'a moins intéressé, et j'ai eu plus de mal à rentrer dans l'histoire, la faute, sans doute, a trop d'illusions et trop de passages concernant l'esprit. Je l'ai trouvé un peu longue, aussi.

 

Au final, ce fut une lecture plaisante, qui m'a intrigué, mais qui m'a également un peu déçue, car je l'ai trouvé trop rapide et trop superficielle.

 

Sympa!

Commenter cet article