L'affaire Jonathan Harker, Krine T.2, Stéphane Tamaillon

Publié le par Blanche

L-affaire-Jonathan-Harker.jpg

 

Résumé :

 

Londres, 1890.
Le détective Hector Krine est engagé par Abraham Stoker, l'administrateur du plus grand théâtre de la ville, pour enquêter sur des vols mystérieux commis durant les représentations. Mais l'affaire ne s'annonce pas de tout repos. Au cours de ses investigations, Krine va croiser l'homme invisible, des vampires, déjouer un attentat contre la reine et faire face à une révolte des Grouillants.

 

Sympa!

 

Mon avis :

 

Je garde un souvenir plutôt plaisant du premier tome et je n'ai pas résisté à la tentation quand j'ai vu que le second sortait. Et je dois dire que je suis plutôt frustrée de cette lecture. Et le pire, c'est que je ne sais pas vraiment pourquoi.

 

J'ai retrouvé avec plaisir les personnages qui apparaissaient dans le premier tome. Et l'auteur insère, dans son histoire, avec beaucoup de réalisme, certains noms devenus mythiques. Il s'est approprié certains éléments de l'Histoire pour mettre en scène certains personnages de manière très plaisante.

J'ai retrouvé aussi le monde incroyablement riche et diversifié de ce Londres si différent de celui qu'on connaît, avec ses créatures, leur révolte et leurs difficultés.

L'auteur a revisité certains mythes, apportant une originalité bienvenue.

Et puis, il y a l'enquête, bien sûr, même s'il s'avère qu'elle en cache d'autres.

 

Du steampunk, du fantastique, une palette de personnages : le tout aurait dû devenir un roman palpitant, que je n'aurais pas lâché avant la dernière page. Oui mais...

 

Mais je sais pas bien. Disons que j'ai eu du mal. Parce que je ne ressens aucune empathie pour Krine : j'ai du mal à le visualiser, il ne m'est ni antipathique ni sympathique. J'ai suivi ses enquêtes sans réellement m'attacher à lui, sans trop me soucier de ce qu'il pourrait lui arriver. Certains passages ont suscité chez moi une petite dose de compassion, et encore... Il manque peut-être quelques descriptions, quelques éléments qui font qu'on s'attache à lui. Peut-être que l'auteur, à trop vouloir rentrer rapidement dans le vif du sujet, oublie de nous présenter son héros dans la vie courante. Il manque peut-être ses petites manies, ses réflexions sur des sujets en dehors de l'enquête, qui le rendraient plus palpable. Ou ça vient de moi.

Pourtant, je me suis attachée à certains personnages, mais juste le temps d'un chapitre. Ils disparaissent ensuite, puis reviennent, mais la magie n'est plus là.

 

C'est très frustrant, car ce roman a tout pour plaire. Mais il manque ce petit quelque chose qui rend les personnages vivants et qui me fait les garder dans un coin de la tête.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article