Dracula, Bram Stoker

Publié le par Blanche

dracula13.jpg

 

 

Résumé :

 

Jonathan Harker, jeune notaire, est envoyé en Transylvanie pour rencontrer un client, le comte Dracula, nouveau propriétaire d’un domaine à Londres. à son arrivée, il découvre un pays mystérieux et menaçant, dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante. Très vite, il se rend à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres...

 

Sympa!

 

Mon avis :

 

Je n'avais pas encore lu ce grand monument de la littérature, honte à moi. Voilà le tort réparé.

 

Ce roman se présente sous forme épistolaire, c'est-à-dire de différents extraits de journaux tenus par les protagonistes et de lettres. Ça ne gêne en rien la lecture, bien au contraire, car on s'immerge parfaitement dans le vécu des personnages et on découvre leur vision des choses à mesure que l'histoire avance. C'était la première fois que je lisais un roman sous cette forme, et honnêtement, c'était un vrai plaisir à lire.

 

J'ai été très impressionnée par les cinquante premières pages, qui racontent l'histoire de Jonathan Harker quand il est au château de Dracula. Pour un roman publié pour la première fois en 1897, le style littéraire est extrêmement moderne et c'est un réel plaisir à lire. Nous sommes dans le récit « fondateur » du mythe du vampire, et l'ignorance de Jonathan peut parfois porter à sourire. En effet, à aucun moment il ne sait mettre de nom sur ce qu'il voit.

 

Viennent ensuite les récits des autres personnages. Et là, on sent bien qu'on a affaire à un roman ancien. Les différents protagonistes décrivent longuement les paysages, certaines actions, notamment Mina. Dans le cas du professeur Van Helsing, lorsqu'il s'exprime, il peut nous faire de longues longues palabres pour arriver à un fait.

 

C'est donc bien différent des romans actuels que je peux lire, plus avares en longues descriptions et grande démonstrations. Plus difficile à lire, donc, mais pas inintéressant pour autant. En effet, on plonge dans cette période, aidés par l'écriture, et c'est réellement très enrichissant.

 

Quant à l'intrigue... elle est géniale, le suspens dure jusqu'aux dernières pages et on s'est tellement attaché aux personnes qu'on tremble pour eux jusqu'à la dernière ligne.

 

J'ai été très impressionnée également par la place que tient la religion dans ce roman. De nos jours, les romans sur les vampires passent sous silence toute cette partie. Trop souvent, le vampire est simplement un méchant, et si l'auteur aborde le thème du damné, il ne parle que rarement de l'autre versant, à savoir les bénédictions, les hosties, les croix, etc. Ou alors, il le fait de manière tellement systématique qu'on ne ressent pas la foi que doit avoir le personnage pour combattre le vampire. Autre époque, autre vision des choses. Mais quand on lit que les personnages remettent leur destin entre les mains de Dieu, qu'on soit croyant ou non, ça apporte une autre dimension au drame qui se joue.

Cependant, comme l'indique la post-face, ce roman est tellement mythique que les auteurs qui souhaitent parler de cette créature se doivent d'être originaux … ou ils ne feront qu'une pâle copie du Maître.

 

Un roman fondateur, un mythe vivant. Lu. A lire pour ceux qui ne l'ont pas encore fait.

Commenter cet article

Antoni 21/06/2011 17:25



Bonjour Blanche, j'ai terminé ce livre dernièrement et me suis permis d'ajouter un lien vers ton article dans celui que j'ai moi-même rédigé. Dès lors, je te laisserai le soin d'aller voir cela
sur mon blog (si cela te dit, naturellement !) et de me dire, le cas échéant, ce que tu en penses.


Bonne soirée et à bientôt, j'espère.


Cordialement,



Blanche 21/06/2011 19:52




Promis, je file voir ton blog !